Aller au contenu principal

La Saussaye se prépare à la reprise

L’Eplefpa de Chartres-La Saussaye devrait recevoir ses élèves début juin dans la limite des capacités de son internat.

« Nous serons prêts à accueillir les élèves en juin, assure la directrice de l’Eplefpa de Chartres-La Saussaye, Frédérique Elbé. Le ministère va décliner ses mesures. En attendant, nous travaillons sur un plan de reprise de l’activité en établissant un protocole d’organisation et un protocole sanitaire. Nous serons prêt à rouvrir  ».

Cependant, le lycée agricole ne pourra pas recevoir tout le monde  : «  Nous devons savoir d’abord quelles classes seront autorisées à revenir et la capacité de l’internat va limiter nos possibilités, 90  % de nos élèves sont internes. Nous allons interroger aussi les familles par enquête pour savoir qui souhaite revenir et les enseignants, qui pourraient avoir développé une pathologie ou avoir des soucis de garde d’enfants. Et il faudra organiser la continuité pédagogique pour ceux qui reviennent et ceux qui ne reviendront pas. Difficile aujourd’hui de se projeter de façon très fine…  ».

Durant le confinement, le suivi des élèves a été organisé de deux façons. L’aspect social a été géré par la vie scolaire et le CPE  : «  Nous avons fait en sorte de savoir comment ça allait en appelant chacun une fois par semaine, ce qui nous a permis d’accompagner plus spécifiquement ceux qui n’allaient pas bien  », pointe la directrice.

L’aspect pédagogique a été assuré par les enseignants  : «  Nous avons utilisé différents outils, comme la visioconférence, pour l’organisation de classes virtuelles. Les cours ont également été envoyés en PDF (fichiers numériques, NDLR) et nous avons mis en place des groupes Whatsapp pour pouvoir répondre aux questions des élèves  », explique le directeur adjoint de l’établissement, Grégory Laborde, qui précise  : «  Les professeurs principaux se sont chargés d’aplanir les difficultés pour aider au maximum les élèves et éviter les décrochages  ».

Concernant les examens  : «  Tout se fera sur le contrôle continu avec les mêmes modalités que l’Éducation nationale en prenant en compte ce qui a été fait avant le confinement. Une commission régionale sera mise en place par la Draaf à laquelle nous remonterons les notes. Ceux qui auront plus de dix seront reçus et l’on étudiera le dossier et le livret des élèves qui auront entre 8 et 10. Cela va arranger ceux qui ont travaillé régulièrement, moins ceux qui comptaient sur les CCF (Contrôles en cours de formation, NDLR) ou l’oral… Mais la commission va avoir un gros travail à réaliser  », souligne Frédérique Elbé.

Avant la reprise, la désinfection totale du site est prévue, elle sera ensuite réalisée quotidiennement.

De nombreux éléments seront également à mettre en œuvre dans les bâtiments comme la définition de sens de circulation, la limitation des déplacements  : «  La mise en place sera progressive, explique la directrice. Nous pourrons voir si cela fonctionne avant l’arrivée des élèves. Il y a encore beaucoup d’interrogations mais plus on avance et plus nous avons de réponses. Nous attendons d’avoir tous les éléments pour communiquer aux élèves et aux enseignants, pour ne pas avoir à faire marche arrière  ».

Hervé Colin

Le 13 mai, à Sours. La directrice de l’Eplefpa de Chartres, Frédérique Elbé, et son adjoint, Grégory Laborde, attendent les dernières directives pour la reprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité