Aller au contenu principal

La sénatrice Sophie Primas échange avec les acteurs de la filière betteravière

La sénatrice Sophie Primas, qui sera la rapporteur de la loi permettant la dérogation à l’utilisation des néonicotinoïdes pour le traitement des semences, a échangé le 9 octobre à Nangis avec des représentants de l’ensemble des acteurs de la filière.

Au préalable des débats au Sénat sur le projet de loi pour permettre une dérogation à l’utilisation des néonicotinoïdes en traitement de semences (voté le 6 octobre), la sénatrice des Yvelines, Sophie Primas, qui sera le rapporteur de la loi au Sénat, a souhaité rencontrer les acteurs de la filière betterave.

Elle s’est ainsi rendue à Nangis vendredi 9 octobre, accompagnée de ses collègues sénateurs du département, Anne Chain-Larché, Pierre Cuypers et Colette Mélot, et d’un député, Jean-Louis Thiériot.

Accueillie par le président de l’AIBS (Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre) et vice-président de la CGB Île-de-France, Jean-Philippe Garnot, et du président de la FDSEA 77, Cyrille Milard, elle a échangé avec des planteurs au sein d’une parcelle durement touchée par la jaunisse, visité la sucrerie Lesaffre et rencontré les acteurs économiques en lien avec la filière betterave-sucre.

Sur le terrain, où la pluie s’est invitée, elle a pu appréhender l’impact de la jaunisse sur les betteraves alors que l’ensemble des parcelles d’île-de-France, en agriculture biologique comme conventionnelle, sont atteintes.

Les pertes de rendement sont estimées entre 50 et 70  %. L’application des deux produits encore homologués sur betterave n’a eu aucun effet sur les parcelles infectées. Par contre, ces traitements ont eu un coût économique (environ 100 ­euros/­hectare) et environnemental en faisant augmenter l’IFT (Indice de fréquence de traitement) des exploitations agricoles.

À la sucrerie Lesaffre, seule sucrerie à travailler des betteraves 100  % produites en Île-de-France, l’accent a été mis sur l’efficacité économique et environnementale de l’entreprise, Nangis ayant été la première sucrerie ISO 2001 avec IPE (Indicateurs de performance énergétique).

Les betteraves sont collectées dans un rayon moyen de 19 km. Par kilogramme de sucre, cela revient à 123,5 km/kg et 3,5 tonnes d’émission de CO2, des chiffres sous la moyenne française et de 40  % inférieurs à l\'Allemagne.

En 2020, avec une perte de 50 à 60  % des volumes et avec une surconsommation d’énergie de 39  % à cause de la jaunisse, l’outil industriel ne tournera que cinquante jours et enregistrera une perte de 15 millions d’euros. «  Sans dérogation, 50 à 70  % des surfaces seront abandonnées. Et nous aurons des difficultés à nous approvisionner. En dessous d’un certain niveau, la réflexion pourrait conduire à la fermeture  », alerte Cyril Lesaffre.

Des propos appuyés par Cyrille Milard  : «  L’indemnisation des planteurs ne suffit pas, il faut maintenir toute la surface pour maintenir la filière  ».

Les planteurs et sucreries ne sont pas les seuls à être dans la tourmente. Ainsi, différents acteurs ont pu s’exprimer  : les transporteurs dont cette campagne peut mettre en péril l’activité, notamment les indépendants qui ont vu leur activité réduite de 30  % à la suite de la faible récolte en céréales, la filière laitière dont la pulpe représente un tiers de l’alimentation auquel s’ajoute le cahier des charges des bries qui oblige à se fournir en pulpe à 85  % issues de la zone d’appellation, le machinisme et les concessionnaires…

Deux apiculteurs se sont exprimés contre les néonicotinoïdes sur des plantes mellifères ou du maïs mais nullement sur betteraves. Mieux vaut des semences enrobées que des traitements aériens comme en 2020.

Ces échanges sans tabou ont permis à la sénatrice d\'échanger sur de nombreux points, en vu de l’examen au Sénat du projet de loi, qui passera en commission le 21 octobre et en séance le 27 octobre.

Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité