Aller au contenu principal

Magazine
La Tanière de repos

Le zoo-refuge La Tanière, à Nogent-le-Phaye (Eure-et-Loir), tout près de Chartres, accueille des animaux maltraités ou en fin de vie. Il sensibilise ses visiteurs au bien-être des espèces et aux risques d’extinction.

À Nogent-le-Phaye (Eure-et-Loir), aux portes de Chartres, le zoo-refuge La Tanière abrite de nombreuses espèces animales, plus ou moins tropicales. Le refuge a été voulu par Patrick Violas. Après un baccalauréat agricole, il a travaillé dans le domaine de la téléphonie et de l’automobile avant de créer une ferme pédagogique qui deviendra plus tard le zoo-refuge La Tanière.

Le projet est de recueillir des animaux qui ont été maltraités chez des particuliers ou dans des cirques, qui ont eu de graves accidents ou dont le propriétaire est décédé. Si certaines espèces sont assez communes, comme une chèvre, amputée d’une patte, d’autres sont plus exotiques. C’est le cas de Gipsy, une chamelle, issue d’un cirque, qui est arrivée au refuge après un accident qui lui a coûté sa mâchoire.

Des animaux parfois maltraités

Parmi les animaux ayant subi la cruauté humaine, on retrouve Zampa, un lion sans crinière. Si au premier abord on peut le confondre avec une lionne, c’est à cause de sa castration alors qu’il était encore très jeune. Il a aussi perdu ses griffes à cause de ses anciens propriétaires. Ceux-ci proposaient aux touristes de les prendre en photo avec le félin.

Cannelle, femelle macaque, servait quant à elle de cobaye en laboratoire. Arrivée en 2019 au zoo, elle reste sensible aux lumières et à la proximité de l’homme. Il est d’ailleurs conseillé de ne pas faire trop de bruit ni de montrer du doigt ces animaux qui sont encore traumatisés par leur vie passée. Cochons, éléphants, perroquets et autres singes occupent également les enclos et les serres.

Pédagogie

Le zoo-refuge propose de nombreuses animations au cours de la journée. À La Tanière, pas question de faire sauter une otarie dans un cerceau ou de faire des démonstrations de domptage avec un ours : tout est pédagogique. Les animations débutent par une présentation générale de l’espèce, et sa place dans la nature. Le vécu de l’animal est abordé, avant une interaction avec le public, au cours de laquelle les méthodes de soins sont expliquées. Athos, un lion de mer accueilli en 2015, montre par exemple aux spectateurs comment se réalise une radiographie de sa nageoire.

Le sauveur sauvé

Dans une mauvaise situation financière, La Tanière avait lancé en février dernier un appel aux dons. En seulement trois semaines, 2,5 millions d’euros ont été récoltés auprès de particuliers. Une somme conséquente qui a permis de sauver la structure.

Plus d’infos sur lataniere-zoorefuge.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité