Aller au contenu principal

La vallée de Belleville, paradis blanc

De zone rurale reculée à grosses stations de ski — Les Ménuires et Val-Thorens, reliées aux Trois-vallées, le plus grand domaine skiable du monde —, la vallée de Belleville (Savoie) s’est totalement transformée en un demi-siècle.

Voie d’accès aux stations de sports d’hiver des Menuires et de Val-Thorens, plus haute station d’Europe, la route qui serpente au cœur de la vallée de Belleville au départ de Moutiers — dans la Tarentaise — ressemble à une carte postale.

Hameaux le long d’un cours d’eau, chalets isolés et deux villages — Saint-Martin-de-Belleville regroupé autour de son clocher et Villarlurin — donnent vie à cette vallée où l’électricité n’est arrivée que dans les années 1950.

La vallée de Belleville fut longtemps repliée sur elle-même, les populations vivant d’élevage et de l’exploitation des alpages et des forêts.

Plus haut, deux stations dites de « sports d’hiver », Les Menuires et Val-Thorens, ont vu le jour ex-nihilo.

L’architecture de style « urbain » dans les années 1960-70, alors que le tourisme de masse est en plein développement, a évolué au fil du temps dans un style plus savoyard — construction en groupes serrés, toitures en lauze ou en gris foncé, murs en enduit de couleur rose typique.

Puis, les remontées mécaniques permettent d’atteindre le paradis blanc, y compris en été sur les glaciers dominés par l’aiguille du Péclet (3 502 m).

Par temps dégagé, depuis La Masse, le Col de la chambre (2 850 m), la cime Caron (3 200 m), la pointe de la Masse (2 804 m), le sommet des Trois-vallées (3 230 m) — point culminant des pistes —, la vue est imprenable, notamment sur le Mont blanc...

Des liaisons permettent de rejoindre Méribel et Courchevel, d’où le nom de Trois-vallées.

Un demi-siècle après la création des Menuires, Saint-Martin-de Belleville et Villarlurin ont fusionné pour donner naissance à la commune « Les Belleville », l’ensemble comprenant vingt-deux villages ou hameaux.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité