Aller au contenu principal

L’agriculture au coeur de la Fête de la science

Placée cette année sous le thème du végétal, la Fête de la science fait naturellement la part belle à l’agriculture.

Avec un tel fil conducteur cette année — le végétal — la Fête de la science ne pouvait pas passer à côté du monde agricole. Plusieurs associations, réunies au pôle universitaire de Chartres les 6 et 7 octobre, ont utilisé le monde agricole pour éduquer les enfants et leurs familles à la méthode scientifique.

Tubes à essai, scalpels et pommes de terre : le Musée de l’école de Chartres laissait les enfants mener l’expérience de la découverte de l’amidon dans les tubercules.

À travers plusieurs jeux, la Maison de la Beauce permettait de découvrir les utilisations non-alimentaires des plantes de la région.

Le Compa partait à la recherche des graines des plantes qui nous nourissent en séparant, grâce à un tamis, du sable et des graines qui fallait ensuite identifier à la loupe binoculaire. 

Le collège Michel-Chasles d’Epernon relatait son projet de construire un robot planteur de graines. Celui du Val-de-Voise à Gallardon présentait avec de la paille et du sable, l’intérêt des fibres longues dans les constructions parasismiques.

Des entreprises venaient présenter les nouveaux usages des végétaux : la méthanisation par GRDF, le béton de chanvre ou de miscanthus ou de lin par le bureau d’études Erib, la fibre de lin dans la décoration par Polytech-Orléans, la connection entre le numérique et les biomatériaux par Valbiom-CEEI ou la lyophylisation des fruits par Eurolyo. 

La Fête de la science mettra une nouvelle fois l’agriculture à l’honneur dans la région, cette fois en Loir-et-Cher : Arvalis-Institut du végétal ouvre son laboratoire à ciel ouvert, le Phénofield d’Ouzouer-le-Marché, samedi 15 octobre de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30.

Unique en Europe, Phénofield est un outil de recherche en plein champ qui permet de comprendre le comportement des grandes cultures face au manque d’eau. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité