Aller au contenu principal

Édito
« L’agriculture ne peut s’envisager sans filet de sécurité »

Le président de la FNSEA Centre-Val de Loire, Florent Leprêtre, revient sur les épisodes de gel et aujourd'hui de sécheresse et appelle les pouvoirs publics à mener conjointement avec la FNSEA une réflexion suivie d'actions rapides pour une meilleure gestion des risques climatiques en agriculture.

« L’épisode exceptionnel de gel qui a déferlé début avril sur notre région a décimé nos vergers, nos vignes et une partie de nos grandes cultures.

À l’heure de l’évaluation, la sécheresse sévit dorénavant en région et s’ajoute aux sinistres humains et économiques avec à nouveau un risque de récolte faible et donc un déficit fourrager important alors que l’alimentation au pré est de plus en plus fréquente et sa périodicité de plus en plus longue.

L’urgence est à l’indemnisation et au maintien à flot des exploitations qui devront malgré tout faire face aux charges courantes de l’année, sans recettes supplémentaires.

Le travail de réflexion de la FNSEA pour prévenir les aléas de plus en plus récurrents et destructeurs doit se poursuivre et engager les pouvoirs publics.

Ceux qui ont le mieux résisté aux vagues de gel et de sécheresse sont ceux qui ont accès à l’eau. L’agriculture ne peut s’envisager sans filet de sécurité. L’aspersion antigel et l’irrigation constituent des éléments de protection primordiaux pour l’agriculture au XXIe siècle.

Sur la gestion du risque climatique, l’assurance ne doit pas représenter le seul levier de protection.

Il nous est indispensable d’avoir des produits à vendre chaque année pour préserver nos filières, et leurs marchés. La technologie peut sauver des exploitations, mais ce n’est pas tout.

Le ''Varenne de l’eau'' incitant à une politique de grands travaux pour que chaque agriculteur puisse avoir un réservoir d’eau suffisant pour se protéger, est plus que jamais attendu.

Nous serons au rendez-vous pour porter ce message. Plus que jamais, notre souveraineté alimentaire dépend de notre résilience face au dérèglement climatique. »

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité