Aller au contenu principal

L’agriculture, un atout pour les Terres du Val de Loire

Mercredi 12 octobre, une délégation de la FNSEA 45 a rencontré la présidente de la communauté de communes des Terres du Val de Loire en vue de renforcer la synergie entre les deux structures.

Entre autres remontée de problématiques locales, la FNSEA 45 a émis ses craintes quant aux ZNT (perte de surface, risque d’incendie).
© J.L. - Horizons / illustration

La FNSEA 45 organise cet automne des rencontres avec les communautés de communes. Les objectifs de ces entretiens sont de créer des liens, d'intégrer le milieu agricole dans les choix d’aménagement du territoire et de remonter les problématiques locales. Pour débuter cette nouvelle démarche, rendez-vous était pris à Meung-sur-Loire mercredi 12 octobre avec Pauline Martin, la présidente de la communauté de communes des Terres du Val de Loire. Une délégation de la FNSEA 45, composée de ­Thomas Pointereau et Jean-Louis ­Lefaucheux, secrétaire général de la FNSEA 45, l'a rencontrée.

Un lien de confiance

La communauté de communes des Terres du Val de Loire est active depuis de longues années auprès des agriculteurs. Une journée est d'ailleurs organisée chaque hiver pour échanger sur des projets et des problématiques locales. Pauline Martin a pour volonté de soutenir l’agriculture de son territoire et est fière d’avoir une relation « claire et franche ». Le secteur agricole représente 14 % du tissu économique de la communauté de communes.

Les problématiques locales

Les agriculteurs présents ont mis en avant quelques difficultés de circulation dans les villes, villages et aux abords de l’autoroute. Ces difficultés sont le plus souvent liées à un manque d’entretien des arbres et arbustes, mais aussi à de nouveaux aménagements. Il a été demandé à la présidente d’avoir un représentant agricole lors de l’élaboration des projets.

Proche d’Orléans et de l’autoroute, le secteur a une forte croissance immobilière. Les bâtiments de stockage et les lotissements se multiplient, engendrant des Zones de non-traitement (ZNT). La FNSEA 45 a émis ses craintes sur la perte de surface et le risque d’incendie. Les bandes d’herbe sèche le long des maisons sont facilement inflammables. Pauline Martin a proposé ainsi de réaliser des chemins qui feront office de ZNT sur l’espace communal.

Les lieux mal entretenus tels que les bords d’autoroute et les zones industrielles sont des terrains propices aux plantes invasives. La présidente a proposé de faire pression sur les propriétaires afin qu’ils broient ces espèces avant leur floraison. Ceci éviterait la prolifération du chardon.

Des projets à concrétiser

Plusieurs thématiques sont communes à l’agriculture et aux collectivités territoriales, parmi lesquelles les pigeons qui envahissent les champs et les clochers des églises. La FNSEA 45 a proposé l’achat d’un effaroucheur laser à la communauté de communes pour limiter les dégâts des oiseaux sur les bâtiments municipaux, tout en le mettant à disposition des agriculteurs.

L’agriculture est aussi en manque de main-d’œuvre. Des projets d’insertion sont en cours sur le territoire. Ils permettront de former les agriculteurs de demain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité