Aller au contenu principal

Enseignement
L'agroforesterie se dote d'une école itinérante

L'Association française d'agroforesterie a créé son école, l'Efa*. Elle a été inaugurée le 18 novembre, à Villeneuve-Saint-Nicolas.

L'organisation des Défis de l'agroforesterie par l'Afa** a été l'occasion pour elle d'inaugurer officiellement vendredi 18 novembre à ­Villeneuve-Saint-Nicolas, le lancement de son école, l'Efa*. « Nous avons ressenti le besoin de former des techniciens au service des agriculteurs et des territoires. L'idée a incubé quelques années, a été freinée par la crise Covid, et nous avons lancé la première promotion cette année avec une approche d'amélioration continue », a expliqué le directeur de l'Afa, Fabien Balaguer.

Neuf régions en neuf mois

Le format de cette école est l'itinérance : « Pour sentir, visualiser, comprendre, le cursus s'effectuera sous la forme d'un périple sur neuf régions en neuf mois. Ce sera une école à ciel ouvert, au contact des praticiens que sont les agriculteurs pionniers. C'est un grand projet, une ambition forte au service du changement d'échelle de ces pratiques », a-t-il souligné.

L'École française d'agroforesterie n'aurait certainement pas pu voir le jour sans soutien financier. Elle a reçu principalement celui de quatre fondations, celles du Crédit mutuel, de Picard, de Ginkgo et de Nestlé France. Leurs représentants ont chacun témoigné de l'évidence pour eux de soutenir le projet.

La première promotion est composée de onze étudiants issus de parcours divers. « Ils sont les survivants d'une longue sélection, a relevé Fabien Balaguer. Quand nous avons lancé l'appel à candidatures, nous en avons reçu une centaine en deux mois. Vingt correspondaient à nos critères mais nous avons décidé de limiter à onze. La demande est forte ».

« Vous allez vous planter »

L'école s'est donné pour parrain l'ex-conseiller en agroforesterie de la chambre d'Agriculture de la Sarthe, Philippe Guillet. « Cela fait 42 ans que je fais de l'agroforesterie, 42 ans que je rame, 42 ans d'erreurs. Vous allez vous planter mais ce n'est pas grave. Si ça marche, c'est de la chance, les échecs permettent d'analyser et de comprendre. Vous allez devoir soutenir, accompagner ces agriculteurs, toujours seuls et qui se lancent. Mais si 5 % de la population agricole s'y met, nous sommes dans la mouise, on ne saura pas y répondre », a-t-il conclu.


*École française d'agroforesterie.

**Association française d'agroforesterie.

Lire également notre article Les systèmes agroforestiers prennent leur élan à Sours

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité