Aller au contenu principal

Lait
Lait bio : Aldi signe sa première convention tripartite

Le 8 février, au sein des locaux de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel, Aldi France a signé sa première convention tripartite sur le lait bio afin d'offrir une juste rémunération aux éleveurs laitiers.

Le 8 février, à la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel. Aldi France, LSDH et la coopérative d’Herbauges ont signé une convention pour le lait bio. De g. à d.	: Benoit Clerc et Srdan Markov, d’Aldi France, Guillaume Voineau, d’Herbauges, et Emmanuel Vasseneix, président de LSDH.
Le 8 février, à la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel. Aldi France, LSDH et la coopérative d’Herbauges ont signé une convention pour le lait bio. De g. à d. : Benoit Clerc et Srdan Markov, d’Aldi France, Guillaume Voineau, d’Herbauges, et Emmanuel Vasseneix, président de LSDH.
© DR

Mardi 8 février, l’enseigne Aldi France a signé une nouvelle convention tripartite — la première sur le lait bio —avec la Laiterie de Saint-­Denis-de-l'Hôtel (LSDH) et la coopérative d’Herbauges, pour assurer aux éleveurs une rémunération de 492 euros les 1 000 litres prix de base, soit 507 euros toutes primes confondues.

Cela représente une volumétrie de plus de 1 900 000 litres par an chez Aldi France qui propose désormais en magasin 100 % de ses références de lait conventionné. Une promesse et un engagement de l'enseigne pour les trois ans à venir, toujours en conformité avec la loi Egalim 2. « Le lait bio traverse une crise depuis plusieurs mois, rappelle Emmanuel ­Vasseneix, président de la LSDH.Il est important de trouver des solutions communes qui donnent de la visibilité aux producteurs et aux industriels pour que les consommateurs trouvent encore un lait bio de qualité à l’avenir. Ce premier engagement d’Aldi sur le lait bio doit montrer la voie et permettre une meilleure reconnaissance de l’agriculture biologique ».

Une plus juste rémunération

Avec ce nouvel engagement, Aldi France propose désormais dans ses rayons une offre de lait 100 % conventionné affichant ainsi sa volonté de rémunérer de façon plus juste les agriculteurs. Une avancée qui permet de garantir aux consommateurs un lait de qualité, qui valorise la filière laitière et les producteurs Français, tout en étant sans OGM et produit en France.Benoit Clerc, directeur des achats d’Aldi France, déclare :« Chez Aldi, nous croyons à la filière bio. Notre modèle a pour objectif de donner accès aux meilleurs produits au meilleur rapport qualité/prix. Cette promesse, nous la tenons, tout en valorisant nos producteurs. Ce contrat nous rend fiers car il nous permet d’affirmer qu’Aldi ne propose plus que des références de lait qui garantissent une rémunération juste à nos agriculteurs. C’est conforme à nos objectifs, mais aussi au souhait de nos clients, c’est une très belle étape pour notre enseigne ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité