Aller au contenu principal

L’ancien silo de Courpalay accueille la brasserie Rabourdin

Datant de 1937, l’ancien silo de Courpalay vient de débuter une nouvelle vie : Hubert et Estelle Rabourdin y ont installé leur brasserie dont les portes sont ouvertes au public depuis début mars. Des mises aux normes trop importantes et une organisation des cellules qui n’était plus adaptée à la taille des exploitations agricoles d’aujourd’hui ont contraint la coopérative Valfrance à délaisser cet outil industriel après la récolte 2009.

Courpalay, mercredi 25 mars. Hubert Rabourdin au cœur de sa nouvelle cuverie. Outre la bière de Brie, la Briarde et la Saint-Eloi dans leur conditionnement traditionnel, il propose aussi sa bière de Brie en fûts et la location de tireuses.
Courpalay, mercredi 25 mars. Hubert Rabourdin au cœur de sa nouvelle cuverie. Outre la bière de Brie, la Briarde et la Saint-Eloi dans leur conditionnement traditionnel, il propose aussi sa bière de Brie en fûts et la location de tireuses.

Idéalement placée le long de l’axe Rozay-en-Brie Nangis et  disposant d’un parking, le site répondait aux besoins de la famille Rabourdin qui souhaitait développer son activité tout en restant sur leur commune d’origine. Les travaux débutent au printemps 2014 avec un objectif : conserver l’esprit industriel du lieu, son architecture étant typique des années 1930, notamment sa tour avec une verrière. En effet, ce site est le seul silo en France à être inscrit aux Monuments historiques et cela, depuis 1998.

Dans le même temps, les toitures nord comme sud sont recouvertes de panneaux photovoltaïques, soit 1 000 m² pour une puissance de 170 KW. « Il a fallu réparer la structure, refaire les buisseries, repeindre, changer la verrière… Tout a été remis en état et aux normes d’accessibilité », explique Hubert Rabourdin, qui souhaite développer l’accueil avec notamment des plages horaires d’ouverture plus importantes du mardi au samedi. L’accent sur les visites de groupe sera mis. Un libre accès à la cuverie et aux installations est laissé aux visiteurs pour l’instant. Ensuite, les étapes de la fabrication seront accessibles lors des visites et portes ouvertes et un système de découverte individuelle  sera instauré à l’aide de panneaux explicatifs.

« Quinze ans après le lancement de la première bière de Brie, la production est toujours issue de mon orge et cela reste une activité agricole », insiste Hubert Rabourdin, qui voit sa capacité de production augmenter — de 1 000 hl/an à 5 000 hl/an. Et de poursuivre : « La montée en puissance de la production se fera sur le long terme, mais nous n’aurons pas à changer les installations. Aujourd’hui, 20 à 25 % de la production sont commercialisés en direct. Ce pourcentage doit se maintenir malgré la hausse de la production. »

Depuis leur arrivée sur ce nouveau site, une clientèle nouvelle découvre ce produit du terroir dans l’air du temps, régulièrement récompensé comme en février dernier où la bière de brie a décroché deux médailles lors du concours général agricole au Salon de l’agriculture.

« C’est un très gros projet dont l’investissement doit être amorti sur quinze ans. Pour entreprendre il faut un peu de folie… », note l’agriculteur brasseur,  heureux de retrouver son cœur de métier — la production — après un an de travaux. La brasserie, qui emploie cinq salariés, participe les 25 et 26 avril au Printemps à la ferme, une belle occasion pour découvrir la bière de Brie et ce patrimoine magnifiquement rénové. Découvrez aussi la brasserie Rabourdin sur son site.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité