Aller au contenu principal

L’APLBC solidaire face à la crise

L’Association des producteurs de lait du bassin Centre a donné 15 000 litres de lait aux Restos du cœur, pour une distribution dans tout le Loiret notamment. 


Le 1er juillet, à Ingré. Les représentants de l'APLBC et de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel ont livré dix-huit palettes de lait aux Restos du coeur.

Consciente des difficultés engendrées par la crise du coronavirus, l’Association des producteurs de lait du bassin Centre (APLBC), associée à la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel (LSDH), a décidé de faire « acte de solidarité » auprès des producteurs de lait et consommateurs qui sont dans la difficulté : « Nous avons fait le choix d’acheter des stocks de lait à des producteurs en difficulté afin de redistribuer aux consommateurs dans le besoin ».

Ainsi, l’APLBC a reversé 20 000 euros aux 700 éleveurs de la Meuse durement touchés par la chute des cours du lait spot (actuellement payés 290 euros les 1 000 litres de lait), soit 60 000 litres de lait achetés aux producteurs sur la base de 350 euros/1 000 litres et qui ont été redistribués aux banques alimentaires du Loiret, de Tours, Dijon et Angers. « C'est une opération vertueuse, assure Bruno Cordier, producteur de lait à Fay-aux-Loges (Loiret). Nous n’avons pas été touchés par la crise, au contraire. Nous avons continué à produire et les consommateurs ont continué d’acheter. Ça n’a pas été le cas dans la Meuse, où les producteurs étaient payés sous le coût de production. Ça nous tenait à cœur de soutenir nos confrères, qui, comme nous, défendent le lait équitable tout en aidant les consommateurs les plus démunis ».

Les 15 000 litres de lait réservés pour le département du Loiret ont été livrés mercredi 1er juillet aux Restos du cœur à Ingré, sous l’œil bienveillant de la directrice Sophie Spilliaert : « Je vous remercie sincèrement. Le don que vous faites est extrêmement important, surtout en ce moment où il nous est très difficile de s'approvisionner en lait ».

Une opération rendue possible grâce à la création d’une caisse de solidarité, basée sur le décret français du commerce équitable, qui impose la redistribution d’un pourcentage des ventes aux organisations de producteurs afin de promouvoir et développer ce type de démarche. Cette somme provient pour un tiers du metteur en marché (C’est qui le patron ? !, Monoprix, Auchan et Casino), un tiers du transformateur (LSDH) et pour un tiers des producteurs impliqués dans la démarche.

« En temps normal, cette caisse équitable est principalement destinée à promouvoir un lait plus responsable : actions de producteurs auprès des consommateurs, mais aussi développement de la démarche Ferme laitière bas carbone, mais avec le Covid nous n’avons pas pu faire d’actions », précise Bruno Cordier.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
« Faisons valoir la qualité de notre agriculture par une montée en gamme de nos productions »
Agriculteur à Bouville (Essonne), Frédéric Arnoult est président de l’Union de l’Essonne et administrateur de la FDSEA Île-de-…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Publicité