Aller au contenu principal

L’art chocolatier de Max Vauché

Artisan, chocolatier, créateur, Max Vauché aime partager sa passion du chocolat et les secrets de ce produit tant apprécié.

"J’aime conter l’histoire de ce produit noble, expliquer d’où il vient, comment il est transformé et comment il est travaillé."

Passionné par le chocolat depuis ses dix ans, Max Vauché a toujours su qu’il ferait de sa passion son métier : « On dit que la gourmandise est un vilain défaut, mais c’est ma raison d’être. J’ai toujours été très gourmand et c’est ce qui m’a poussé à travailler le chocolat, sous toutes ses formes et ses arômes ».

Originaire des Ardennes, Max Vauché a démarré son activité en 1986 à Blois et devient maître-artisan chocolatier en 1999.

Sa passion pour le chocolat est telle, qu’il veut la partager. « J’aime conter l’histoire de ce produit noble, expliquer d’où il vient, comment il est transformé, travaillé. »

Un besoin qui l’a conduit à s’installer à Bracieux en 2005. « Je me suis installé ici un peu par hasard. Un bon choix, puisque l’axe Chambord - Cheverny m’apporte un courant ininterrompu de touristes en saison ».

La chocolaterie de Bracieux est un véritable temple du chocolat où sont réunis la production, une boutique, un «  Chocobar » et un espace pédagogique consacré au chocolat et à son histoire avec une visite et des dégustations.

Têtu mais pas borné, entreprenant, persévérant dans l’adversité, Max Vauché a reçu en 2008 le premier prix national « Stars et Métiers » pour la création de sa chocolaterie. « Ce dossier récompense aussi ma démarche solidaire en faveur des producteurs de cacao de l’île de Sao Tomé et Principe en Afrique, surnommée « Île Chocolat ». »

Depuis le 1er août 2008, Max Vauché a élargi son savoir-faire en produisant son propre chocolat, ce qui est rare en France.

« C’est un métier passionnant d’essayer de capter toutes les meilleures saveurs du chocolat. Les arômes racontent l’histoire, ainsi que les étapes de transformation de la fève de cacao en chocolat. », s’enthousiasme-t-il.

Un savoir-faire qui paie, puisqu’en plus de Blois et Bracieux, un troisième point de vente a été ouvert à Orléans en 2009.

À l’écoute de son entourage, Max Vauché a su faire de son métier un produit touristique en élaborant des produits de qualité, en proposant des services attractifs, tout cela en cherchant l’innovation permanente.

De l’histoire du chocolat à sa dégustation, la chocolaterie Max Vauché est un lieu atypique à découvrir et redécouvrir par petits et grands gourmands. Avec 40 000 entrés en 2016, 35 salariés, elle n’a plus besoin de faire ses preuves !

« Ma réussite est d’être parti de rien… Et, aujourd’hui, je suis fier d’avoir une entreprise qui génère de l’économie et de l’emploi en Loir-et-Cher. », conclut le chocolatier.

Le site web de Max Vauché est par ici.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité