Aller au contenu principal

Social
L'Asa 28 peine à maintenir son volume d'adhérents

L'Association des salariés agricoles de l'Eure-et-Loir (Asa 28) a tenu son assemblée générale annuelle le 29 mai à Chartres.

Le 29 mai, à Chartres. Daniel Bois (au c.) a présidé sa deuxième assemblée générale de l'Association des salariés agricoles de l'Eure-et-Loir.
Le 29 mai, à Chartres. Daniel Bois (au c.) a présidé sa deuxième assemblée générale de l'Association des salariés agricoles de l'Eure-et-Loir.
© Hervé Colin

Créée en 1965 à l'initiative d'une poignée de salariés agricoles, l'Association des salariés agricoles de l'Eure-et-Loir (Asa 28, ex-Asavpa), a tenu sa 55 e assemblée générale annuelle le 29 mai, salle Mathurin-Régnier de la Maison de l'agriculture à Chartres. Dans son rapport moral, son président, Daniel Bois, a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme au sujet du nombre d'adhérents qui s'établit autour d'une centaine : « Il y a toujours l'arrivée de nouveaux mais ça nous interroge car les effectifs sont en baisse sensible et continue depuis trois ans. Cette situation est difficile et représente un de nos défis pour les années qui viennent ».

 

Activités perturbées

 

Pourtant, les objectifs de l'association ont de quoi séduire les salariés. Il s'agit en effet de les accompagner dans l'évolution de leurs métiers et de les aider à progresser professionnellement et humainement, par l'information, la formation, l'accompagnement ou en favorisant les rencontres. Ce programme a néanmoins été bousculé en 2020 par la crise Covid-19. De fait, un certain nombre d'activités prévues ont été annulées, en particulier les plus conviviales…

En revanche, les finances de l'association restent solides. De quoi envisager un exercice 2021 plus complet, organisé autour d'une quinzaine d'activités techniques et de quelques rencontres conviviales. Et l'Asa a l'ambition d'augmenter le nombre d'adhérents, grâce à la mise en place d'un système de parrainage. C'est tout le mal que l'on souhaite à cette équipe qui se donne sans compter.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité