Aller au contenu principal

L’atelier de découpe et de transformation inauguré

C’est devant les élus de la région et de l’intercommunalité que la SCIC Valor Viande a été inaugurée lundi soir à Gazeran (Yvelines).

Lundi 25 septembre, Gazeran. Michel Caffin, Pierre Bédier et Christophe Hillairet (à droite) ont inauguré l’atelier de découpe.
Lundi 25 septembre, Gazeran. Michel Caffin, Pierre Bédier et Christophe Hillairet (à droite) ont inauguré l’atelier de découpe.

La SCIC Valor viande d’Ile-de-France a été officiellement inaugurée lundi dernier à Gazeran (Yvelines).

L’événement a eu lieu en présence de Pierre Bédier, président du conseil départemental, du sous-préfet Michel Heuzé et de Michel Caffin, président de la commission agriculture au conseil régional et d’Anne Cabrit, maire d’Orsonville et présidente de l’Agence régionale des espaces verts.

Créé dès novembre 2013, ouvert en mai dernier, l’atelier découpe regroupe treize éleveurs et leur permet d’apporter une solution à la continuité de vente directe à la ferme.

Un pari réussi grâce au soutien de la communauté d’agglomération Rambouillet territoires qui a mis à disposition le terrain, du Crédit agricole (prêt de 590 000 euros), du Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (subvention de 232 000 euros), du Conseil régional (subvention de 100 000 euros), du réseau Yvelines Active (prêt de 100 000 euros), du département et du SIAGI pour leur caution bancaire.   

Devant un parterre d’élus locaux et près de 150 invités, le président de la chambre d’Agriculture Christophe Hillairet a retracé les grandes lignes de son combat pour obtenir la création de cet outil, indispensable au développement des filières agricoles : « offrir de nouveaux débouchés en investissant dans des outils de première et deuxième transformation est source d’activité et d’emploi et contribue au dynamisme des territoires. Le développement de la valeur ajoutée des fermes franciliennes passe nécessairement par la structuration des filières ».

Évoquant la compétitivité du marché agricole et des fermes d’Ile-de-France, il a dénoncé le risque économique induit par l’interdiction par le gouvernement du glyphosate en France : « les organisations professionnelles agricoles nationales l’ont montré, aucune étude ne permet aujourd’hui d’attester d’un risque avéré de cet herbicide. De telles positions dogmatiques illustrent ce que l’on a toujours combattu ». 

« Quand Christophe Hillairet est venu me parler du projet, il m’a vite convaincu. Pouvoir accompagner les agriculteurs dans la montée de chaine de la valeur ajoutée est indispensable et nous serons au rendez-vous, du moins tant qu’on aura des sous pour le faire », a souligné le président du Département, Pierre Bédier.

Du côté des éleveurs, c’est la satisfaction qui prime depuis l’ouverture : « grâce au boucher, les pièces commandées ressortent taillées et conditionnées selon le désir du client. C’est un service à la carte dont on avait vraiment besoin pour la vente directe à la ferme », souligne Sophie Dehaudt, éleveuse à Montchauvet (Yvelines).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité