Aller au contenu principal

Laura Semeria s’installe en France pour la vigne et le vin

À 38 ans, Laura Semeria a quitté l’Italie pour s’installer en France et développer une exploitation viticole à Cheverny, en Loir-et-Cher.

En 2007, Laura Semeria a repris un domaine viticole en Loir-et-Cher.

Imperia. C’est dans cette ville du nord-ouest de l’Italie, en Ligurie, que Laura Semeria est née. Après des études en agroalimentaire et une carrière en tant qu’ingénieure, cette femme de 47 ans cherchait avec son mari Dominique à poser ses valises.

« J’ai beaucoup voyagé pour le travail entre Milan, la Suisse — où j’ai rencontré mon compagnon — et Venise », explique Laura. À l’aube des quarante ans et avec l’arrivée d’un deuxième bébé, il était temps pour le couple de prendre racine.

Le choix s’est porté sur Cheverny, commune de Loir-et-Cher réputée pour son château qui a inspiré Hergé pour la création de Moulinsart dans la bande dessinée Tintin. « Nous cherchions un lieu qui correspondait à certains critères. Nous avons d’abord regardé en Italie sans succès. Comme Dominique est français, nous nous sommes tournés vers ce pays. »

Les critères, cependant, sont précis : un cédant d’exploitation présent, une équipe en place, une région touristique et des terres à des prix abordables. Car Laura Semeria n’a pas quitté son pays natal sans avoir une idée en tête. « Dans le cadre de mon métier, j’allais souvent en restaurant pour vendre des produits. Je goûtais et, étant une personne curieuse, je me suis intéressée au vin. »

C’est donc un peu par hasard qu’à vingt-quatre ans, l’Italienne a fait la rencontre de ce produit cher aux Français, puis a décidé de suivre une formation en sommellerie en 1994. Quelques années plus tard, le changement de vie était tout trouvé : l’ingénieure allait se consacrer à la vigne et au vin. « Dans ce métier, j’aime le contact avec la nature et voir le fruit de mon travail dans un produit fini qui a pour vocation de faire plaisir. »

Après avoir dégoté sur Internet le Domaine de Montcy à Cheverny, la petite famille a déménagé, en 2007, sur les seize hectares de l’exploitation en agriculture conventionnelle. « Les anciens propriétaires m’ont beaucoup aidée et sont restés avec moi pendant deux ans. »

Laura Semeria savait ce qu’elle voulait : créer des vins bio et développer l’œnotourisme — une activité plus répandue en Italie qu’en France.

Aujourd’hui, le Domaine de Montcy s’étend sur vingt-et-un hectares en bio, sous les appellations Cheverny, Cour-Cheverny et en crémant de Loire, accueille les touristes dans des hébergements insolites, propose des prestations pour les entreprises, confectionne des confitures…

En huit ans, cette mère de famille a su modeler le domaine à son image et s’imposer comme une viticultrice impliquée et passionnée. Comme une viticultrice du cru...

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité