Aller au contenu principal

Laure-Line Rogerieux part à la rencontre des paysans d’avenir

Ancienne animatrice chez les Jeunes agriculteurs d’Ile-de-France, Laure-Line Rogerieux s’apprête à partir à la rencontre des agriculteurs du monde entier.

Montgeroult (Val-d’Oise), le 23 juillet. Pour préparer son voyage agricole à travers le monde, Laure-Line Rogerieux a suivi toute la moisson chez les agriculteurs franciliens.

C’est dans le bureau qu’elle occupait chez Jeunes agriculteurs d’Ile-de-France que Laure-Line Rogerieux a mûri son rêve d’aventure : faire le tour du monde. Au contact des agriculteurs franciliens durant plus de deux ans en tant qu’animatrice du syndicat, la jeune femme a découvert le monde agricole, ses richesses, ses écueils... et les préjugés qui entourent la profession. « Le grand public dit avoir une bonne opinion de l’agriculture mais les médias véhiculent souvent des préjugés. Les agriculteurs sont des bouseux ou des pollueurs... », raconte Laure-Line : « À mon poste, j’ai découvert des agriculteurs cultivés, responsables, innovants... » Parallèlement à son emploi, l’ex-animatrice dit avoir « toujours eu envie d’aller voir le monde mais pas n’importe comment ». Alors, l’idée de parcourir la planète à la rencontre des exploitants, de leurs pratiques et de leurs innovations est née, naturellement. Celle qui voue une passion à la photographie depuis l’adolescence s’envolera donc cet automne pour un voyage de six mois durant lequel elle visitera des dizaines de fermes et immortalisera les plus beaux instants.

Pour structurer son projet, Laure-Line a créé un blog — www.paysansdavenir.com — sur lequel elle rendra compte de toutes les rencontres qu’elle fera. « Il y aura des portraits d’agriculteurs et d’agricultrices, des présentations d’innovations techniques... En fait, je souhaite mettre en avant ceux qui innovent et testent de nouvelles manières de produire pour améliorer le respect de l’environnement et protéger la santé des consommateurs », précise la jeune femme. En novembre prochain, Laure-Line fera ses valises direction le Vietnam, puis la Nouvelle-Zélande, Madagascar, le Sénégal, la Bolivie et son périple s’achèvera dans un pays de l’Europe de l’est. « Je pense rester environ un mois dans chaque pays », confie-t-elle. À son retour, Laure-Line a déjà prévu de créer un livre photos et envisage aussi d’exposer ses clichés : « J’aimerais exposer dans des lieux qui n’auront rien à voir avec le monde agricole pour véhiculer le message d’une agriculture positive et innovante auprès d’un public pas forcément averti. »

Si le départ n’est prévu que dans trois mois, Laure-Line travaille déjà dur sur son projet depuis des semaines. Elle a en effet suivi toute la moisson « pour apprendre sur le terrain le plus de choses possibles, dont du technique », créer des supports de communication ainsi qu’un dossier de partenariat : « J’ai estimé le coût de ce projet à 27 500 euros. Je cherche donc des partenaires financiers pour me soutenir. » À la rentrée, elle lancera aussi une collecte de financement participatif : « Pendant mon voyage, j’enverrai des cadeaux à mes donateurs comme des cartes postales sous forme de photos que j’aurai prises et le plus gros lot sera une visite guidée et privée d’une exploitation agricole francilienne. »

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité