Aller au contenu principal

Laurent Beaufort, de l’Armée... aux fromages

Après une carrière de militaire puis de logisticien, Laurent Beaufort s’est mué en fromager à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne).

La vitrine de la fromagerie de Laurente Beaufort regorge de saveurs laitières variées même si le brie y conserve une place de choix.

Beaufort, un nom prédestiné pour un fromager... Pourtant, Laurent Beaufort a attendu la quarantaine pour ouvrir sa fromagerie au cœur de la vieille ville de Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne).

Cette reconversion fait suite à une carrière d’officier dans les troupes de la Marine, puis de directeur d’une plate-forme logistique.

« J’ai eu envie de changer de vie et de créer mon entreprise. Morétain depuis 2000, il manquait un fromager parmi tous les types de commerces existants. De plus, mon père m’a appris à apprécier les fromages, en particulier les bries, dès mon plus jeune âge », raconte l’ancien militaire.

Après avoir suivi une formation à la Fédération des fromagers de France et à la chambre du Commerce et de l’Artisanat, il s’est lancé dans un tour de France des producteurs de fromages.

Au volant de son camping-car, il a sillonné les campagnes de l’Hexagone accompagné de son épouse et de sa plus jeune fille, alors âgée de deux ans.

Un stage chez un fromager parisien — Cyrille Hardoin — lui permettra de parfaire ses connaissances : « Le métier de fromager n’est reconnu que depuis l’an passé. Avant, nous étions considérés comme des revendeurs », explique le jeune fromager, heureux que ce métier artisanal soit enfin considéré.

Depuis juillet 2014, il pratique sa nouvelle activité avec plaisir au milieu d’une vitrine riche en saveurs. Il se rend régulièrement à Rungis acheter ses fromages ou récupérer ses commandes directement passées auprès de petits producteurs.

Il développe également ses propres spécialités comme du brie à la truffe, le Moretain — triple crème au sucre d’orge — ou encore le Fontainebleau…

En février dernier, il s’est lancé un nouveau défi : participer au premier concours de Fontainebleau dans la catégorie « excentrique » où il a décroché la médaille d’argent.

Il a opté pour un Fontainebleau des Îles, un clin d’œil à ses origines familiales : « Du côté de mon père, l’Ile-de-France et le souvenir de la ferme laitière de ma grand-tante à travers de la crème fouettée et du fromage blanc francilien. Du côté de ma mère, l’île de Madagascar et les souvenirs de vacances. Le parfum de la vanille, les saveurs des fruits exotiques », raconte Laurent Beaufort, qui a consacré plusieurs semaines à l’élaboration de cette préparation présentée dans un avocat.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité