Aller au contenu principal

Le blé dur dans tous ses états à Châteaudun

Le Comité technique blé dur Centre-Île-de-France a organisé, dans un amphithéâtre plein à craquer, une réunion à destination des agriculteurs et des techniciens, le 29 janvier, à Châteaudun.

L’amphithéâtre du campus Les champs du possible à Châteaudun est plein à craquer. Le Comité technique blé dur Centre-Île-de-France et Arvalis ont choisi d’y organiser, le 29 janvier, une réunion éponyme à l’intention des agriculteurs et des techniciens du secteur.

Devant cet auditoire attentif, son président, Paul-Henri Doublier, rappelle : « La survie de la filière peut être assurée s’il y a un minimum de surface et de production. C’est ce qui permet d’intéresser le domaine de la recherche, d’où ces études sur la mosaïque par exemple... » Et d’ajouter : « C’est toujours dangereux, pour couvrir les besoins de la France, de dépendre de l’importation. »

La réunion décline ainsi tous les apports du comité : sur le désherbage — une problématique qu’il convient de gérer en combinant les méthodes de lutte, un pied dans l’agronomie, l’autre dans une bonne gestion des traitements — ; sur le risque de verse, dont on nous dit qu’il est aggravé cette année par le climat hivernal particulièrement doux, mais qu’il reste historiquement assez faible dans la région... Et de rester prudents avec les régulateurs...

Un point est fait ensuite sur la fertilisation azotée et son impact sur la qualité. Le taux de protéines, donc, reste au centre des préoccupations de la profession quand son taux baisse inéxorablement de 0,1 % par an depuis 2002.

Il sera enfin question de la protection fongicide et de l’état de la recherche sur la mosaïque des blés.

Mais avant cela, Jean-Sébastien Loyer, de l’union Tetris, et Stéphane Saint-Jean (Axéréal et Durum), ont fait le point sur le marché. Ils soulignent la chance d’être ici à proximité d’un terminal portuaire et qu’en dépit de prix pas très attractifs, la différence entre celui du blé dur par rapport à celui du blé tendre constitue toujours une prime non négligeable.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Publicité