Aller au contenu principal

Le CER constate un redressement de la situation financière des exploitations en 2018

Le CER France alliance Centre a invité les responsables des organisations professionnelles agricoles et des institutions départementales à la présentation de son 4e observatoire des exploitations, le 25 septembre à Chartres.

Le 25 septembre, à Chartres. Les OPA et les institutions départementales ont écouté les analyses du CER France alliance Centre sur la situation économique des exploitations euréliennes.
Le 25 septembre, à Chartres. Les OPA et les institutions départementales ont écouté les analyses du CER France alliance Centre sur la situation économique des exploitations euréliennes.

Invités par le CER France alliance Centre le 25 septembre dans ses locaux chartrains, les responsables des organisations professionnelles agricoles et les institutions du départements ont pu prendre connaissance des conclusions du quatrième observatoire des exploitations réalisé par l’organisme de gestion.

Ce panorama s’appuie sur un solide échantillon et les chiffres de l’an passé pour dégager les tendances des résultats des exploitations pour cette année.

Jean-Luc Delalande et Nicolas Roche ont présenté ces résultats. Avant de détailler les résultats 2018, le CER a relevé une conjoncture prix en hausse et des rendements moyens à la récolte mais moins de différences d’une exploitation à l’autre.

Pour les exploitations en grandes cultures, le produit brut par hectare a enregistré une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente et s’établit à 1 565 euros, tandis que les charges ne progressaient que de 2 % à 1 321 euros : « Le produit remonte mais n’est pas plus élevé que durant la période 2013-2015 et bien moins haut que les bonnes années. C’est correct, l’excédent brut d’exploitation s’élève à 60 000 euros par unité de travail, le meilleur de ces dernières années mais ce n’est pas l’année du siècle », a souligné Nicolas Roche.

En poursuivant l’analyse, le CER pointe une forte variabilité de situation avec 11 % de structures déficitaires et 24 % un peu meilleures, soit 35 % de structure fragiles — il y en avait 50 % en 2017.

Il note également que le résultat courant par hectare n’est pas meilleur quand la taille de l’exploitation augmente mais que la variabilité diminue.

Autre fait mis en avant par le centre de gestion : ceux qui ont un coût de revient à l’hectare élevé ne sont pas ceux qui tirent les meilleurs rendements, au contraire...

En conclusion, pour le CER, si la hausse de l’EBE va redonner des perspectives, le risque est de voir une forte reprise des investissements au détriment de la consolidation...

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité