Aller au contenu principal

Le chanvre peut désormais se récolter en une seule passe

L’Association de producteurs de chanvre de Basse-Normandie a organisé une démonstration de récolte simultanée de la paille et des graines grâce à une machine modifiée, le 9 octobre à Serville.

Le 9 octobre, à Serville. La moissonneuse-batteuse modifiée des établissements Kulchy permet de récolter le chanvre en une seule passe.
Le 9 octobre, à Serville. La moissonneuse-batteuse modifiée des établissements Kulchy permet de récolter le chanvre en une seule passe.

En organisant une démonstration de récolte de la paille et des graines de chanvre en un seul passage, l’Association de producteurs de chanvre de Basse-Normandie et des départements limitrophes a peut-être levé un des freins majeurs au développement de cette culture en Eure-et-Loir.

Cette réunion un peu improvisée s’est déroulée le 9 octobre, sur une parcelle de Dominique Baubion, agriculteur bio installé à Serville.

C’est grâce à une machine unique en France, une moissonneuse-batteuse John Deere modifiée par les établissements Kuchly que la récolte a pu être effectuée en un seul passage. Des becs kempers d’ensileuse ont été adaptés à la machine et le rotor coupe la paille en morceaux de soixante centimètres.

Tous les brins de paille passent dans le batteur et les secoueurs, ce qui permet de garantir que toutes les têtes des plantes sont battues, quelle que soit l’hétérogénéité en hauteur de la culture sur la parcelle. Cette paille en andains peut rester plus longtemps sur la parcelle.

Les avantages de cette méthode sont nombreux. Déjà, en un seul passage, tout est fait.

Ensuite, le fait de couper la paille en bouts de soixante centimètres accélère son séchage. Elle peut ensuite être pressée en balle rondes ou cubiques et passe très bien sur l’unité de défibrage d’Agro chanvre, par exemple. En revanche, la date de récolte ne peut être décalée en fonction de la maturité réelle des graines du fait de la date prévue de l’intervention des établissements Kulchy. Étant assez tardive, elle peut venir concurrencer d’autres travaux. 

Enfin, il y a un peu de perte de graines au champ.

Si cette technique ne peut pas être utilisée sur l’ensemble du secteur couvert par l’association, elle semble parfaitement convenir aux exploitations euréliennes. À la suite de cette démonstration, une trentaine d’hectares a d’ailleurs été engagée dans le département pour la prochaine campagne, dont vingt-cinq sur le secteur de Dreux.

En outre, l’entreprise de travaux a donné son accord de principe pour intervenir l’an prochain. La demande des acheteurs reste forte en Eure-et-Loir, en particulier pour le chènevis utilisé dans le secteur de la pêche.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez contacter Aurélia Valéri, animatrice de l’Association des producteurs de chanvre de Basse-Normandie (06.07.78.47.18 - asso.chanvre.bn@gmail.com).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Vendredi 28 octobre, à la préfecture de Melun. Anne-Gaëlle Blanc, de l'OFB, Bruno Mollot, de la FDC 77, et Brice De Bisshop, éleveur et représentant de la FDSEA, sont intervenus dans le cadre des nouvelles restrictions concernant la grippe aviaire.
Grippe aviaire en Seine-et-Marne : restrictions sur la chasse
Alors que le niveau de risque de grippe aviaire devrait prochainement passer à « élevé » sur tout le territoire, une nouvelle…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Lundi 24 octobre, à Chartres. Pour la plateforme Sur le champ	! co-­présidée par Éric Thirouin et Éric Brault, l'enjeu est de gagner le marché de la ­restauration collective.
Sur le champ ! en manque de restauration collective
La SCIC* qui gère la plateforme Sur le champ ! a organisé, le 24 octobre à Chartres, son assemblée générale annuelle, suivie d'…
Publicité