Aller au contenu principal

Le Compa ne rouvrira pas ses portes cette année

En dépit du déconfinement progressif des lieux culturels en Eure-et-Loir, le Conservatoire de l’agriculture restera fermé jusqu’à la fin de l’année.

« Officiellement, le Compa reste fermé jusqu’au 31 décembre. Le conseil départemental est maître de la situation et a décidé de se le réserver pour une autre utilisation. Il dit avoir les équipes pour déplacer les machines à 3 comme à 300 kilomètres… Or, si elles ont déjà été bougées, elles n’ont jamais été déplacées. Si le site rouvre en janvier, après la traditionnelle cérémonie des vœux, il faudra remettre les collections en place… Autant de mouvements qui inquiètent les Amis du Compa. Nous espérons que ça va rouvrir mais, mais, mais…  », s’interroge le président de l’association des Amis du Compa, ­William Belhomme, joint le 15 juillet à l’issue d’une réunion de son bureau au cours de laquelle le directeur des sites remarquables du conseil départemental, Éric Moine, leur a apporté des explications.

Pour leur part, c’est dans le courant du mois de juin que les employés du Conservatoire de l’agriculture ont été informés de cette non-réouverture du site chartrain à l’issue de l’épisode de confinement qui aurait dû être le moment de rouvrir les sites culturels euréliens.

Selon ­William Belhomme  : «  Éric Moine nous a expliqué également que le personnel du Compa avait été mis à disposition du château de Maintenon. Ils ont sacrifié le Compa au profit du château. De fait, nous n’avons plus accès à rien et ce n’est pas ce que nous aurions souhaité  », pointe-t-il.

Aussi, alors que le Compa aurait dû célébrer cette année son 30e anniversaire, rien ne sera fait pour fêter l’événement…

Quant au déplacement du Compa, souhaité par le président du conseil départemental, Claude Térouinard, il est pour le moment en suspens, l’étude de faisabilité et la mise en place d’un comité de pilotage prévus pour avancer le projet Agristoria ayant été reportées.

En attendant la réouverture du site, l’association des Amis du Compa décide de ne pas rester inactive et envisage de faire parvenir aux élus départementaux une série de questions pour lesquelles elle aimerait avoir des réponses et n’écarte pas la possibilité d’organiser prochainement une action de soutien.

Hervé Colin

Contacté, le conseil départemental d’Eure-et-Loir n’a pas souhaité communiquer sur ce sujet.

Photo : Passion vapeur a été en juin 2019 la dernière biennale réalisée à Chartres par les équipes du Compa (archives).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité