Aller au contenu principal

Le contentieux sur le zonage nitrates pourrait conduire à 20 m€ d’amende souligne le ministère de l’Agriculture

Dans une note réalisée à l’occasion de la présentation du nouveau zonage nitrates, le ministère de l’Agriculture rappelle que le risque d’amende encouru à ce stade est de l’ordre de 20 millions d’euros avec une astreinte estimée à 3,5 millions par mois.

La Commission européenne aurait pu enclencher le 10 juillet le mécanisme de sanction financière mais ne l’a pas encore fait. Un autre contentieux, sur le contenu des programmes d’action devrait faire l’objet d’une décision de la cour de justice européenne le 4 septembre. La question du financement de la modernisation des exploitations se pose donc maintenant, le gouvernement s’engageant à mobiliser le maximum de crédits publics, notamment du Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural), de l’Etat français, jusqu’au budget des agences de l’eau. Plusieurs régions devront sans doute revoir leur budget de développement rural pour tenir compte de cette nouvelle carte des zones vulnérables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité