Aller au contenu principal

Le Crédit agricole Val-de-France s’adapte aux mutations technologiques

Le 5 avril, grâce à l’intervention de l’économiste Daniel Cohen, le Crédit agricole Val-de-France a réfléchi à la relation entre croissance économique et révolution numérique.

Le 5 avril, à Blois. L’économiste Daniel Cohen (à g.) a tenu une conférence sur la relation entre croissance économique et révolution numérique lors de la soirée d’information du Crédit agricole Val-de-France.
Le 5 avril, à Blois. L’économiste Daniel Cohen (à g.) a tenu une conférence sur la relation entre croissance économique et révolution numérique lors de la soirée d’information du Crédit agricole Val-de-France.

La révolution numérique est au cœur des préoccupations actuelles puisqu’elle bouleverse en profondeur notre économie : en 2020, près de 50 % des paiements se feront sur le téléphone mobile, aujourd’hui 86 % des 18-24 ans ont un smartphone… Lors de sa traditionnelle soirée d’information, le 5 avril à Blois, le Crédit agricole Val-de-France s’est emparé de cette question : « croissance économique et révolution numérique : amies ou ennemies ? »

« Il s’agit pour nous de voir la façon dont cette transformation numérique touche l’entreprise et ainsi réfléchir à l’accompagnement de nos clients », explique Laurence Lebrun-Renoult, directrice générale du Crédit agricole Val-de-France.

Dans tous les cas, la banque agricole souhaite préserver la proximité avec ses clients : 97 nouveaux collaborateurs en 2015, soit au total 1 260 collaborateurs dont 70 % en contact avec la clientèle.

« Plus que les fonds propres, le vrai trésor d’une entreprise, c’est sa ressource humaine. Nous pensons que le digital est un outil. Notre pari est de permettre à nos clients de changer de canal à tout moment tout en gardant le conseiller », souligne le président Dominique Lefèbvre.

En deuxième partie de soirée, l’économiste Daniel Cohen a présenté son analyse sur cette relation entre croissance économique et révolution numérique. « Cette question divise les économistes. D’un côté, il y a les croyants qui avancent que les nouvelles technologies vont accroître la croissance et de l’autre, les non croyants pour qui la croissance économique n’évolue plus. »

Les arguments des premiers se basent sur la loi de Moore (la croissance augmente régulièrement) et sur les potentialités exponentielles des nouvelles technologies : « En 2050, on pourrait avoir, dans une clef USB, toutes les informations contenues dans un cerveau humain. » Pour certains économistes, le XXIe siècle serait celui du transhumanisme, soit la fusion biologique et numérique : « Le ministère de la Défense américain est l’un des plus grands investisseurs dans ce domaine. »

Or, pour les économistes « non-croyants », c’est un fait : la croissance n’est plus là (0,4 % par an en moyenne en France et 0,8 % par an au Japon) et l’innovation, au lieu d’aider l’humain, vient le remplacer. « Lors de la révolution du XXe siècle, le progrès technique rendait le travail humain plus productif. C’est l’image de Charlie Chaplin dans “Les temps modernes”. Aujourd’hui, avec cette nouvelle révolution, on estime que 50 % des emplois sont menacés d’être numérisés. »

Pour faire face à cette situation, l’humain doit faire preuve de créativité, selon Daniel Cohen : « Nous sommes dans un moment presque inédit de l’Histoire humaine. Le progrès technique avance sans nous alors qu’il devrait nous servir. L’enjeu est de faire valoir son capital humain. » 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité