Aller au contenu principal

Essonne
Le cressiculteur essonnien Mikaël Morizot chez Top chef le 5 mai

Le cressiculteur Mikaël Morizot a participé à l'émission Top chef. L'émission sera diffusée mercredi 5 mai à 23 h 15 sur M6. L'occasion de mettre en avant le cresson essonnien.

Le cresson, star de Top chef. La semaine prochaine, l'émission culinaire de M6 mettra en avant la production essonnienne et a choisi Mikaël Morizot pour l'incarner.

Mercredi 5 mai, il faudra patienter jusqu'en deuxième partie de soirée, soit 23 h 15, pour découvrir le cressiculteur de Vayres-sur-­Essonne aux côtés du critique gastronomique François-Régis Gaudry dans l'émission Top chef « Les grands duels ».

Le producteur de 38 ans a en effet passé une journée sous les feux des projecteurs dans les studios de la chaîne à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Une formidable occasion de promouvoir le cresson, rendue possible grâce à un partenariat entre la Fédération des Parcs naturels régionaux et M6.

« Chaque année, la Fédération des PNR a la possibilité de proposer des producteurs parmi ceux qui sont labellisés Valeurs Parc, raconte le président du Parc naturel régional du Gâtinais français, Jean-Jacques Boussaingault. C'est le cas de Mikaël, nous avons donc proposé sa candidature et il a été retenu ».

Dans les studios, une cinquantaine de bottes de cresson arrivées tout droit de la cressonnière Sainte-Anne de Mikaël étaient de la partie.

« Il y a eu une interview qui m'a permis de me présenter, de présenter la cressonnière, la culture du cresson et les atouts du produit, raconte le producteur. Ensuite, les candidats ont cuisiné mon cresson de deux façons puis j'ai participé à la dégustation avec François-Régis Gaudry et donné mon avis ».

Si le cressiculteur n'a pas le droit de parler du contenu de l'émission avant sa diffusion, il révèle toutefois que les téléspectateurs découvriront une recette salée et une autre sucrée.

« Il y a eu un mariage classique et une autre recette très originale et inattendue », sourit le cressiculteur qui produit chaque année 45 000 bottes de cet « or vert » de l'Essonne.

Installé à Vayres-sur-Essonne depuis 2009, Mikaël Morizot achève cette année la conversion de sa cressonnière de 50 ares en agriculture biologique.

« J'ai engagé la conversion en 2018, raconte le producteur. J'ai essuyé quelques déboires mais aujourd'hui j'arrive au bout. Au semis de septembre, je serai en 100 % bio ».

Sa production, Mikaël Morizot l'écoule principalement à Rungis ainsi qu'auprès de chefs cuisiniers ou en direct à des particuliers sur son exploitation.

Avec le Parc du Gâtinais et les autres cressiculteurs du département, il travaille à la création d'une IGP avec une marque commune afin de défendre la production traditionnelle essonnienne.
 

Portrait vidéo de Mikaël Morizot, sur la chaîne Youtube de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité