Aller au contenu principal

Essonne
Le cressiculteur essonnien Mikaël Morizot chez Top chef le 5 mai

Le cressiculteur Mikaël Morizot a participé à l'émission Top chef. L'émission sera diffusée mercredi 5 mai à 23 h 15 sur M6. L'occasion de mettre en avant le cresson essonnien.

Le cresson, star de Top chef. La semaine prochaine, l'émission culinaire de M6 mettra en avant la production essonnienne et a choisi Mikaël Morizot pour l'incarner.

Mercredi 5 mai, il faudra patienter jusqu'en deuxième partie de soirée, soit 23 h 15, pour découvrir le cressiculteur de Vayres-sur-­Essonne aux côtés du critique gastronomique François-Régis Gaudry dans l'émission Top chef « Les grands duels ».

Le producteur de 38 ans a en effet passé une journée sous les feux des projecteurs dans les studios de la chaîne à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Une formidable occasion de promouvoir le cresson, rendue possible grâce à un partenariat entre la Fédération des Parcs naturels régionaux et M6.

« Chaque année, la Fédération des PNR a la possibilité de proposer des producteurs parmi ceux qui sont labellisés Valeurs Parc, raconte le président du Parc naturel régional du Gâtinais français, Jean-Jacques Boussaingault. C'est le cas de Mikaël, nous avons donc proposé sa candidature et il a été retenu ».

Dans les studios, une cinquantaine de bottes de cresson arrivées tout droit de la cressonnière Sainte-Anne de Mikaël étaient de la partie.

« Il y a eu une interview qui m'a permis de me présenter, de présenter la cressonnière, la culture du cresson et les atouts du produit, raconte le producteur. Ensuite, les candidats ont cuisiné mon cresson de deux façons puis j'ai participé à la dégustation avec François-Régis Gaudry et donné mon avis ».

Si le cressiculteur n'a pas le droit de parler du contenu de l'émission avant sa diffusion, il révèle toutefois que les téléspectateurs découvriront une recette salée et une autre sucrée.

« Il y a eu un mariage classique et une autre recette très originale et inattendue », sourit le cressiculteur qui produit chaque année 45 000 bottes de cet « or vert » de l'Essonne.

Installé à Vayres-sur-Essonne depuis 2009, Mikaël Morizot achève cette année la conversion de sa cressonnière de 50 ares en agriculture biologique.

« J'ai engagé la conversion en 2018, raconte le producteur. J'ai essuyé quelques déboires mais aujourd'hui j'arrive au bout. Au semis de septembre, je serai en 100 % bio ».

Sa production, Mikaël Morizot l'écoule principalement à Rungis ainsi qu'auprès de chefs cuisiniers ou en direct à des particuliers sur son exploitation.

Avec le Parc du Gâtinais et les autres cressiculteurs du département, il travaille à la création d'une IGP avec une marque commune afin de défendre la production traditionnelle essonnienne.
 

Portrait vidéo de Mikaël Morizot, sur la chaîne Youtube de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité