Aller au contenu principal

Le e-commerce vient bouleverser le marché des produits frais

La neuvième édition des Entretiens de Rungis était consacrée aux nouvelles tendances de commercialisation des produits frais.

Comment commercialiser demain les fruits, les légumes, les produits laitiers ? Quelles sont les attentes des clients ? Les produits frais peuvent-ils être vendus en ligne et si oui, comment les acheminer le plus efficacement et le plus proprement possible ? Autant de questions qui ont été abordées lors de la neuvième édition des Entretiens de Rungis.

Lundi 12 octobre au cœur du Marché d’intérêt national (Min) de Rungis (Val-de-Marne), de nombreux acteurs de la filière des produits frais étaient réunis pour échanger sur tous ces bouleversements. 

Car d’après une étude réalisée par le Min, les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’achat de produits frais locaux, de qualité et seraient prêts, pour cela, à se rendre sur Internet.

« Une majorité se dit prêt à acheter sur le site de producteurs locaux (68 %) ou à des petits commerçants (67 %) ou encore à des distributeurs automatiques (51 %) », a rapporté le cabinet d’études.

Et la proportion est encore plus grande chez les 18-34 ans où 73 % d’entre eux sont intéressés et chez les 35-49 ans où 75 % d’entre eux y sont favorables.

Autour de tables rondes, les acteurs de la filière ont ensuite évoqué l’essor des « marketplace » dont Rungis fait partie. 

« En 2018, plus de 50 % de la croissance du e-commerce seront portés par des marketplace en ligne » a confirmé le cabinet MMT Consulting : « Rungis est déjà une marketplace, le système est maîtrisé mais il faut parvenir à le transposer au e-commerce et là-dessus, le marché du frais est en retard. » 

Si ce marché est encore peu présent sur la toile, c’est parce qu’il est compliqué à gérer en matière de logistique. Conservation des aliments, fraîcheur garantie, présence obligatoire du client à la livraison... de nombreuses problématiques restent à résoudre.

Au cours de cette matinée de travail, quelques pistes sont pourtant apparues telles que la création de nouveaux outils comme des « puces fraîcheur », un espace de logistique urbain ou des modes de livraison propres pour répondre aux besoins des villes.

Une inconnue reste encore à résoudre : qui pour payer ces mutations ?

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité