Aller au contenu principal

« Le gisement doit être un pilier dans un projet de méthanisation »

Le 12 février, les chambres d’Agriculture du Centre organisent la quatrième rencontre régionale de l’innovation agricole sur le thème de la méthanisation. Christophe Beaujouan, conseiller à la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, en précise les objectifs.

Horizons : Quels sont les enjeux de la méthanisation en France ?

Christophe Beaujouan : En 2013, les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie ont annoncé un objectif ambitieux : mille méthaniseurs à la ferme en France en 2020. Aujourd’hui, quinze méthaniseurs en fonctionnement sont présents en région Centre dont celui de l’EARL Guéret à La Bazoche-Gouët (ndlr : Eure-et-Loir), que nous visiterons lors de cette quatrième rencontre régionale. Pour le moment, la France n’est donc pas à la hauteur de cet objectif.

Comment développer la méthanisation sur le territoire ?

Les chambres d’Agriculture de la région pensent que l’étude du gisement doit être un pilier dans un tel projet : beaucoup de projets patinent à cause d’une mauvaise étude de gisement. C’est pour cette raison que nous avons construit un outil cartographique qui  permet d’estimer le gisement méthanisable et de le localiser. Le 12 février, je présenterai cet outil et Laurent Lejars, de la chambre du Loiret, interviendra sur le potentiel des cultures énergétiques et des résidus de culture.

Y a t-il d’autres freins au lancement d’un projet ?

L’investissement financier est conséquent et une part de subvention est souvent nécessaire pour atteindre un taux de rentabilité intéressant. D’ailleurs, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), qui finance la phase de construction entre 10 et 25 %, annoncera son nouvel appel à projets 2015. La taille du méthaniseur pose aussi question : si un projet collectif est un blocage pour certains, la petite méthanisation est-elle une solution ? Pour répondre à cette question, nous aurons le témoignage d’Hélène Berhault, de la chambre d’Agriculture de la Vienne. Enfin, un autre frein est la cogénération. Le principe est de brûler le biogaz sur place pour générer de l’électricité et ainsi valoriser la chaleur produite. Mais il est difficile de la valoriser 24h sur 24 et 365 jours par an. Il existe donc la méthode d’injection du biométhane dans les territoires dont les démarches seront expliquées par GRDF.

Vous avez jusqu’au 9 février pour vous inscrire à la rencontre régionale de l’innovation agricole, en écrivant à cette adresse : c.lopez@cher.chambagri.fr.

Pour en savoir plus sur cette rencontre, cliquez ici.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité