Aller au contenu principal

Le glanage solidaire à l’honneur pour les 10 ans de Solaal

L'association du don agricole Solaal a fêté son 10e anniversaire en organisant plusieurs événements lors du Salon de l’agriculture.

Mercredi 1er mars, au Salon de l'agriculture à Paris. Solaal a organisé une table ronde sur le thème du glanage solidaire.
Mercredi 1er mars, au Salon de l'agriculture à Paris. Solaal a organisé une table ronde sur le thème du glanage solidaire.
© FNSEA CVL

Pour ses 10 ans, l’association Solaal, qui organise le don entre les producteurs et les associations d’aide alimentaire, a mis en place plusieurs événements à l'occasion du Salon de l’agriculture. Elle a notamment organisé une table ronde sur le glanage solidaire avec comme invité ­Guillaume Garot, député de Mayenne et parrain de Solaal. Différents partenaires ont partagé leur expérience, des agriculteurs, des bénévoles associatifs, des glaneurs en insertion, un professeur de lycée agricole, etc. Pour tous, les glanages solidaires sont plus que des opérations de récolte, ce sont des rencontres.

L’an dernier, Angélique Delahaye, présidente de l’association Solaal, a organisé vingt-et-un glanages dans son exploitation en région Centre-Val de Loire avec des bénévoles et des bénéficiaires de l’aide alimentaire. Ces glanages ont permis de récolter 6 168 kg de salades, concombres et endives. Evelyne Flud, responsable d’une antenne locale des Restos du cœur venue glaner chez l'exploitante, témoigne : « On n’avait plus assez de produits. En découvrant le glanage, nous n’étions plus dans le besoin mais dans la rencontre et le lien ».

« Le glanage mis en place avec la Croix-Rouge a permis de récolter près de 500 kg de mirabelles. Le plus plaisant a été de prendre le temps d'échanger ensemble », a lui aussi attesté Luc Barbier, agriculteur et président de Solaal Grand-Est. Le glanage solidaire permet à la fois de réduire les pertes agricoles, de proposer des produits frais aux associations d’aide alimentaire et de mettre en relation des personnes n’ayant pas l’occasion de se rencontrer au quotidien. « Solaal défriche l’avenir, on fait confiance et on est capable d’organiser et encadrer le dispositif pour accompagner et définir des règles. Solaal est une innovation sociale », a conclu Guillaume Garot.

+ d'infos :

Pour tout renseignement sur le glanage solidaire, contacter Solaal Centre-Val de Loire à centrevaldeloire@solaal.org.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité