Aller au contenu principal

Le gouvernement a lancé les états généraux de l’alimentation

Les états généraux de l’alimentation ont débuté à Paris avec un objectif : améliorer le revenu des exploitants.

Paris, le 20 juillet. Au ministère de l’Economie et des finances, la première journée a été marquée par de vifs débats.

Les états généraux de l’alimentation ont débuté le 20 juillet au ministère de l’Économie à Paris-Bercy, avec une grosse déception : Emmanuel Macron n’est pas venu clore les travaux, étant en déplacement au même moment sur la base militaire d’Istres.

Le premier ministre Edouard Philippe qui a introduit ces états généraux, a précisé que le président de la République n’interviendrait qu’en octobre, au moment des conclusions du premier chantier sur la création et la répartition de la valeur.

Dans son discours, le premier ministre a rappelé les « défis » de ces états généraux sur fond de guerre des prix dans la grande distribution et de nouvelles attentes des consommateurs en recherche de produits de qualité : rétablir une répartition équitable de la valeur ; rétablir la confiance sur les produits agricoles et alimentaires.

« Nous ne manquons pas de structures, mais notre efficacité laisse à désirer », a-t-il expliqué.

Il s’agit aussi de réussir la transition écologique. « Nous avons tous un intérêt à agir ensemble », a-t-il noté.

Lors de son intervention, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, qui pilote l’événement, a insisté sur les difficultés que traverse l’agriculture et du lien étroit qui existe entre la vitalité de cette même agriculture et la vitalité des territoires ruraux.

Il a aussi souligné l’importance de la diversité en France des produits alimentaires et des agricultures. « Nous croyons en tous les modèles et nous ne les opposerons pas, parce qu’ils sont complémentaires », a-t-il insisté.

« Nous devrons travailler pour construire des compromis solides et acceptés. (…) Il ne doit y avoir que des gagnants » : les territoires, les agriculteurs, l’industrie et ses exportations, l’image de la France à l’international « et tout simplement les consommateurs ».

On notera l’excellente mobilisation des organisations syndicales toutes représentées jeudi, dont la FNSEA et les JA « qui entendent placer le revenu des agriculteurs au cœur des états généraux de l’alimentation ».

Une « plate-forme participative » pour lancer une consultation publique a été créée. Elle vise à associer le citoyen et l’ensemble des parties prenantes au débat et à alimenter les 14 ateliers tout au long des états généraux.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Les agriculteurs ont du cœur et le font savoir
Vendredi 18 décembre, chez Nathalie et Pierre Bot, maraîchers à Saclay (Essonne), de nombreux produits frais d'agriculteurs…
Publicité