Aller au contenu principal

Le grignotage du plateau de Saclay continue

Nathalie Trubuil, agricultrice sur le plateau de Saclay, est expropriée d’une partie de ses terres pour faire passer un sentier piéton.

A Vauhallan (Essonne), le 3 juillet. Un projet de sentier piéton pourrait faire disparaitre la bande enherbée créé par Nathalie Trubuil le long du ru, grignotant encore davantage les terres agricoles du plateau.
A Vauhallan (Essonne), le 3 juillet. Un projet de sentier piéton pourrait faire disparaitre la bande enherbée créé par Nathalie Trubuil le long du ru, grignotant encore davantage les terres agricoles du plateau.

Installée depuis 2008 à Saclay, Nathalie Trubuil exploite 250 hectares de terres dont quelques parcelles bordent le ru de Vauhallan. « Le long de ce ru, il y a, comme la loi nous y oblige, une bande enherbée de cinq mètres de large », raconte l’agricultrice : « Mon père et moi avons toujours toléré les promeneurs à l’emprunter. Puisque nous sommes dans un secteur péri-urbain, cela nous paraissait normal pour une bonne cohabitation. » Oui mais voilà, aujourd’hui, cette situation se retourne contre Nathalie Trubuil. En 2009, le syndicat intercommunal de l’assainissement de la vallée de la Bièvre (SIAVB) lui avait signifié qu’il projettait de créer, sur cette bande enherbée, un sentier piéton en grave. L’agricultrice avait protesté, écrit quelques courriers puis...plus rien, jusqu’au mois de mai de cette année. « J’ai reçu un courrier le 12 mai me signifiant que la juge d’expropriation allait venir », se désole l’agricultrice : « Ils me prennent un demi hectare et me proposent de m’indemniser 0,66 euros de l’hectare ». Et Nathalie Trubuil pourrait bien avoir également à reporter d’autant sa bande enherbée.

Elle se bat aujourd’hui pour identifier ses parcelles sur le cadastre et tenter de prouver qu’elles appartiennent bien à la zone de protection naturelle agricole et forestière (ZPNAF) du plateau de Saclay, créée en décembre 2013. « Si vraiment le ru et ma bande enherbée sont sur cette zone de protection, alors elle n’est pas respectée et n’est d’aucune utilité pour l’agriculture ».

Marine Guillaume

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité