Aller au contenu principal

Le jardin de Cocagne Solibio a fêté ses dix ans à Voves

Le jardin de Cocagne Solibio, dirigé par Claire Genova, a soufflé ses dix premières bougies le 10 octobre à Voves.

L\'histoire du jardin de Cocagne Solibio est jalonnée de périodes de doutes et d\'espoir. Créé en 2010 par Claire Genova, il a pour vocation première la réinsertion sociale de personnes en grande difficulté.

Une remise au monde du travail qui passe par le maraîchage  : «  remettre les personnes fragiles dans le cycle du vivant c\'est restructurant et mettre les mains dans la terre ça donne la pêche  », estime-t-elle.

C\'est ce qu\'elle explique aux personnes qui visitent la serre et les quatre hectares de potager, à l\'occasion de l\'anniversaire des dix ans de la structure, le 10 octobre, à Voves.

Depuis sa création, 62  % des personnes qui sont passées par là en sont ressorties avec quelque chose de concret, une formation ou un emploi, soit un peu plus de deux cents personnes  : «  Nous sommes au-delà des objectifs fixés par l\'État  », constate Claire Genova.

Sur son budget annuel de 500  000 euros, 30  % provient de la vente des paniers de légumes aux adhérents de l\'association, environ deux cents par semaine, le reste de subventions  : «  Si nous ne sommes pas bons en insertion, on coule, si nous ne sommes pas bons en production, on coule  », résume-t-elle.

Aujourd\'hui, Claire Genova est plutôt optimiste. En effet, à la structure vovéenne devrait venir se greffer un atelier à Lèves. Celui-ci pourrait accueillir huit personnes en réinsertion, qui s\'ajouteraient au dix-huit en maraîchage à Voves.

Cet atelier, équipé d\'une cuisine aux normes, serait en mesure d\'effectuer la transformation de produits excédentaires du jardin et recevoir un autre public.

«  L\'objectif, dans les dix ans, est de créer un éco-pôle en synergie avec des personnes qui partagent nos idées  ».

Hervé Colin

Photo : Le 10 octobre, à Voves. À l\'occasion des 10 ans du jardin Solibio, Claire Genova (masque coloré, au c.) en a expliqué le fonctionnement aux visiteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité