Aller au contenu principal

Viande
Le Label rouge en Île-de-France

Interbev Île-de-France a organisé mi-décembre une visioconférence orientée vers les viandes de bœuf Label rouge en Île-de-France.    

« Le développement du Label rouge est un engagement dans le cadre de la loi Egalim via le plan de filière signé en 2017 qui vise une montée en gamme des viandes et une bonne rémunération des éleveurs, a rappelé le président d’Interbev Île-de-France, Philippe Dufour, en introduction d'une visioconférence dédiée au Label rouge dans la région capitale pour les cinquante-trois inscrits. »

« Le but est d’encourager l’élevage herbivore, la diversité des races, l’entretien des paysages et de maintenir la vie économique dans les zones rurales ».

Mais produire sous Label rouge nécessite des conditions de production spécifiques que la directrice de Fil rouge, Cécile Deveze, a détaillées.

Ces conditions doivent faire ressortir le bœuf Label rouge comme un segment de marché, d’où la rénovation des cahiers des charges qui sont composés de deux parties : des conditions de production communes (CPC) appliquées par toutes les filières, et un cahier des charges développant des Conditions de production spécifiques propres à chaque filière (CPS).

À ce jour, il existe seize cahiers des charges pour les bovins viande Label rouge, un label propriété du ministère de l’Agriculture.

Aux qualités et pratiques de l’élevage, s’ajoutent des critères comme le bien-être animal, l’absence de traitement antibiotique dans les quatre mois avant l’abattage, etc.

La France compte 15 000 exploitations labellisées Label rouge — zéro en Île-de-France —, pour un volume produit de 19 000 tonnes de viande, soit 2 % de la consommation. Le potentiel de développement de ce label est donc important, d’autant que certains répondent au cahier des charges sans modifier leurs pratiques.

À la suite des États généraux de l’alimentation, le plan de filière mis en place s’est vu assigner un double objectif : créer de la valeur et assurer une juste rémunération à l’ensemble des acteurs de la filière. « Cela passe par des engagements des acteurs via la contractualisation », a expliqué Matthieu Repplinger, d’Interbev.

À terme, 30 % de la viande bovine devrait être contractualisée (2 % en 2018) avec un développement du segment viande bovine Label rouge (40 % du volume labellisé). La contractualisation écrite, intégrant différents éléments, est rendue obligatoire à la suite d'un accord interprofessionnel datant de mai 2019 étendu pour cinq ans en décembre 2019.

Dans ce cadre, un diagnostic d’élevage est imposé. Ce diagnostic est déjà obligatoire dans le cadre de la Charte des bonnes pratiques d'élevage, Label rouge et, nouveauté, du Plan de relance. Toutefois, certains craignent des dérives.

En Île-de-France, la chambre d’Agriculture utilise l’outil de diagnostic du bien-être animal qui permet au technicien qui rentre les données de ne pas influer sur le résultat.

« Il apporte aux consommateurs une quantification du bien-être animal. Il m’a permis de visualiser et cautionner ce qu’on fait et vit tous les jours et de le communiquer », a souligné Philippe Dufour.

Enfin, dernière clé, la communication, avec la mise en place d’un plan complet sur « les viandes de bœuf de Label rouge ».

Aujourd’hui, on ne mange plus comme avant. Si la viande reste un marqueur de plaisir*, des attentes sociétales existent. La filière viande doit pouvoir répondre à des critères de nutrition organoleptiques et de production, d’où l’intérêt de construire une marque collective qui englobe tous les Labels rouges accompagnés d’une campagne et d’un kit de communication complet.

*96 % des Français consomment de la viande ; 88 % d’entre eux disent que la viande est un aliment qu’ils partagent.

Filières viande en Île-de-France

Pour rappel, le comité régional Interbev Île-de-France compte en amont 180 éleveurs bovins viande pour 29 000 bovins (lait et viande), 40 000 ovins — un chiffre en légère hausse —, 5 000 têtes en élevage caprin, aussi en hausse.
L’activité des filières viande est dynamique avec la présence sur le territoire de Rungis, de 3 500 boucheries artisanales, 1 300 GMS et 8 000 sites de restauration collective. L’Île-de-France est un grand bassin de consommation avec un challenge important que l’amont ne pourra pas relever seul.
Deux marques identifient la production : Nos bovins d’Île-de-France et Agneau des bergers d’Île-de-France.

 

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité