Aller au contenu principal

Le Land art s’invite au château

La neuvième édition du Festival Euro Land art s’est déroulée au château de Cambray à Germignonville autour du travail de quatre artistes.

Pourquoi aller voir des œuvres du Land art ? D’abord parce qu’il n’y a pas moyen de faire autrement. La moindre reproduction de La Joconde en donne une idée suffisamment précise pour ne pas se sentir tenu d’arpenter le Louvre. Or, le domaine du Land art se refuse à toute mise à plat, ni à la moindre sortie de son contexte. Le paysage y tient une place irrémédiable, irréfutable, incontournable. L’occasion était donnée de voir un certain nombre de ces œuvres durant deux week-ends de septembre, au château de Cambray à Germignonville (Eure-et-Loir).

Là s’est déroulé en effet la neuvième édition du festival Euro Land art. Une expérience menée depuis 2005 par les Pays de Beauce et du Dunois en France et leurs homologues allemands du Altmark et de la région néerlandaise du nord Brabant aux Pays-Bas. Aussi, tous les trois ans, la Beauce sert de cadre au festival. En organisant cette édition sur un seul site et un temps court, les organisateurs répondaient à des préoccupations réelles — dispersion des œuvres, dégradations, dilution dans le temps. Mais du coup, même si les artistes sélectionnés ont intégré le thème des Jardins, leurs travaux semblaient comme bridés, un peu privés de cette plaine qui devait les forcer à transcender sa platitude.

Néanmoins, les œuvres installées invitaient irrésistiblement à une déambulation poétique, à une réflexion, à l’image de celle de Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud, « Un peuple de passage en Beauce », bien à sa place à l’extérieur du château, ou cet hommage à Paul Klee de l’Allemand Joachim Jacob. Tandis que la meilleure reproduction de La Joconde ne suscitera jamais cette émotion.

Hervé Colin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité