Aller au contenu principal

Le Loir-et-Cher a accueilli neuf cents syndicalistes à Lamotte

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs de toute la France étaient en meeting exceptionnel organisé jeudi 1er septembre au parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron pour proposer des solutions à la crise agricole.

Les responsables syndicaux de Loir-et-Cher et de la région Centre Val-de-Loire ont pu s’exprimer sur les répercussions de la crise agricole à l’échelon local.

Entre la météo désastreuse de ces derniers mois, la crise sanitaire en aviculture et, dernièrement, la crise laitière, le rassemblement des syndicalistes le jeudi 1er septembre à Lamotte-Beuvron s’est déroulé dans un contexte agricole tendu.

Les responsables syndicaux de Loir-et-Cher et de la région Centre Val-de-Loire, réunis au parc équestre fédéral, ont pu expliquer les répercussions de la crise agricole à l’échelon local.

C’est Pascal Bioulac, maire de Lamotte-Beuvron et conseiller départemental en charge de l’Agriculture, qui a ouvert le meeting en rappelant notamment que le conseil départemental était « aux côtés des agriculteurs ».

Puis Camille Lecomte, président de Jeunes agriculteurs Loir-et-Cher (JA 41), a pris la parole, suivi de Guillaume Gonet, président de JA Centre, en présentant, parmi les solutions pour faire face aux problèmes, l’aboutissement du projet de loi Sapin II.  « Il donne des outils pour maîtriser le foncier agricole en renforçant les Safer », a précisé Guillaume Gonet.

Le président de la FRSEA Centre, Éric Thirouin, a ensuite déploré « 1,2 milliard d’euros de perte pour la région, soit trois ans de revenus agricoles perdus en une année ».

Face à cette situation sans précédent, Florent Leprêtre, le président de la FDSEA 41, a réclamé des « solutions immédiates de trésorerie dans toutes les exploitations touchées ».

Il a également demandé au président de la FNSEA, Xavier Beulin, de porter la création d’un crédit d’impôt sur les cotisations d’assurance afin de « favoriser l’investissement dans la solidité et la sécurisation des exploitations ». Florent Leprêtre a aussi indiqué avoir « entamé un travail avec le conseil départemental pour voir comment les fonds régulièrement mobilisés dans l’urgence ne servent plus de rustine mais servent à les éviter ».

Les élus des deux syndicats ont présenté une cinquantaine de propositions aux pouvoirs publics et organisations professionnelles agricoles « pour sortir de la crise et se donner des perspectives ».

La principale demande est un accompagnement individualisé pour s’adapter à la situation financière de chaque agriculteur ainsi qu’une garantie financière de l’État, négociée collectivement pour tous.

Les syndicats ont également commencé à dessiner une stratégie et pointé que, pour l’heure, l’urgence consiste à faire face aux besoins de trésorerie de ceux qui ont subi des catastrophes climatiques.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Cintrat
Le brasseur Emmanuel Cintrat passe à la vitesse supérieure
Emmanuel Cintrat, agriculteur et brasseur à Voise, a augmenté la capacité de production de sa bière artisanale, La Voisine.
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Julien de Clédat et sa porte de ruche connectée
Passionné par l’apiculture, Julien de Clédat a décidé d’aider les apiculteurs à gérer leurs ruches grâce à sa porte connectée…
Publicité