Aller au contenu principal

Le Loir-et-Cher cherche ses futurs talents

Be LC, l’agence d’attractivité de Loir-et-Cher, organise une deuxième campagne de communication afin d’attirer des talents sur le territoire.

Le 4 novembre, à Blois. Karine Gourault, directrice de Be LC, et Catherine Lhéritier, vice-présidente du conseil départemental, ont évoqué la deuxième campagne «	Fier de mon job, ici en Loir-et-Cher	».
Le 4 novembre, à Blois. Karine Gourault, directrice de Be LC, et Catherine Lhéritier, vice-présidente du conseil départemental, ont évoqué la deuxième campagne « Fier de mon job, ici en Loir-et-Cher ».
© L.B. - Horizons

Vendredi 4 novembre, dans les locaux de l’entreprise NLX sur le site de l’aérodrome de Blois-Le Breuil, l’agence d’attractivité de Loir-et-Cher Be LC a évoqué l’importance d’une nouvelle campagne de communication. La vice-présidente du conseil départemental, Catherine Lhéritier, a souligné « le franc succès de l’année dernière qui a donné l’envie de témoigner sur la belle qualité de vie de notre territoire ».

Treize entreprises participantes

Pour cette campagne « Fier de mon job, ici en Loir-et-Cher », ce sont treize entreprises du département qui ont décidé de participer. « Nous avons des sociétés de tout secteur d’activité et également de toute taille. Ces entreprises correspondent à un échantillon des sociétés que l’on peut retrouver en Loir-et-Cher avec divers secteurs d’activité », précise Karine ­Gourault, directrice de Be LC. Le dispositif qui a pour objectif d’attirer des talents sur le territoire, durera du 7 novembre jusqu’au 2 décembre. « La campagne publicitaire ira jusqu’en région parisienne avec des spots TV sur France télévisions et aussi une collaboration avec le média Paris je te quitte pour donner envie aux ­Franciliens de changer d’air », explique Karine Gourault.

Redonner une belle image

Les entreprises participantes au projet de campagne de communication ne sont pas toutes en recherche d’employés, mais l’idée de ce dispositif est avant tout de redonner une image positive au territoire loir-et-chérien pour de futurs recrutements. « Nous ne pouvons pas avoir un territoire régalien sans attractivité. C’est aussi de notre devoir d’être sexy », affirme de son côté le dirigeant de la société NLX, Florent Colliau. Surtout qu’il devient difficile pour beaucoup de dirigeants d’attirer de la main-d’œuvre, comme l’évoque le responsable d’agence AEB Blois : « Ce serait encore plus compliqué de recruter sans cette campagne. On est obligé de refuser beaucoup de marchés car on manque de mécaniciens ».

L’agriculture participe aussi

D’ailleurs, le monde agricole ne déroge pas à la règle et Be LC, en collaboration avec la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, a décidé également de représenter ce secteur d’activité qui a besoin de main-d’œuvre. Lola et Amandine, propriétaires et gérantes de la Chèvrerie du Fay, font partie des ambassadeurs de cette édition qui ont pour ambition de communiquer positivement sur l’agriculture de Loir-et-Cher, entre produits de terroir et tourisme. Comme ­l’explique Catherine Lhéritier : « Nous avons besoin de donner de la visibilité et cette campagne de communication va permettre de dégager une certaine dynamique nécessaire pour l’avenir du département ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité