Aller au contenu principal

Mécanique
« Le matériel agricole possède plus de technologies qu’un camion ou un bus »

Le recrutement de mécaniciens agricoles est une des difficultés rencontrées par les concessionnaires. Rencontre avec Julien Antoine, directeur de Motobrie, en Seine-et-Marne, et un de ses salariés.

 Franck Lamotte et Julien Antoine

« Un mécanicien agricole doit être multitâches. Dans nos concessions, comme lors de dépannages extérieurs, nous faisons le diagnostic de la mécanique et des réparations qui ne sont d’ailleurs parfois plus réalisées en mécanique générale. Le métier est mal connu ou a une mauvaise image. Les gens s’imaginent qu’en mécanique agricole, nous en sommes encore à l’âge de pierre, alors qu’un tracteur, une moissonneuse-batteuse et le matériel attelé possèdent plus de technologies qu’un camion ou un bus. Notre image est mauvaise et il est difficile d’attirer de nouvelles vocations. », explique le directeur de Motobrie, Julien Antoine, qui s’implique dans la formation.

La mécanique agricole attire peu et forme un nombre réduit de jeunes. Pour preuve, en Seine-et-Marne, seul le lycée Cormier de Coulommiers forme à la mécanique agricole, mais dans des sections (bac professionnel et BTS) à l’effectif réduit (5 apprentis en première année de BTS). Motobrie travaille en lien avec cet établissement en prenant de nombreux apprentis, et en fournissant à l’établissement de l’outillage et un tracteur neuf à l’année.

Le concessionnaire travaille aussi en lien étroit avec les lycées de Bar-sur-Aube  et de La Ferté-Milon, respectivement dans l’Aube et l’Oise, des départements où le groupe possède des bases. « Dans ces zones, le remplissage des formation de mécanique agricole est meilleur, c’est peut-être lié au fait que la part de population qui vit autour de l’agriculture est plus importante », note Julien Antoine, qui compte dix apprentis pour 78 salariés. « Sur mes six bases, il me manque quasi un technicien par base ».

Comme ses collègues, il doit également tordre le cou à certaines idées reçues : le niveau des salaires, qui pourtant n’ont pas à rougir, bien au contraire de ceux de la mécanique générale, et l’absence de vacances durant la période estivale alors que, la moisson se déroulant sur un laps de temps réduit, il ne reste plus qu’un ou deux week-ends d’astreinte et uniquement pour les spécialistes du matériel de récolte.

Bref, « mécanicien agricole est un métier passionnant, varié, avec une formation permanente auprès des constructeurs », conclut Julien Antoine qui regrette de ne pas pouvoir répondre favorablement à toutes les demandes de stages faute de monde sur ses bases pour accueillir les jeunes.

Cet article est le premier d'une série sur des métiers en lien avec l'amont ou l'aval de l'exploitation agricole. À suivre prochainement ! 

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Pauline Amisse, équithérapeute
D'abord assistante sociale et cavalière depuis l'enfance, Pauline Amisse a rapproché ses deux mondes pour devenir équithérapeute.
Miellerie Véron : l’apiculture, c’est à 70 % le travail de l’apiculteur
Apiculteurs professionnels, Sébastien et Nathalie Véron font transhumer une partie de leurs 1 300 colonies en fonction des…
Publicité