Aller au contenu principal

Le préfet déjà en alerte concernant la sécheresse

Le préfet de Loir-et-Cher, François Pesneau a décidé d’actionner, jeudi 24 mars, le premier niveau de vigilance sécheresse qui est le premier seuil d’alerte avant des probables mesures contraignantes.

François Pesneau, préfet de Loir-et-Cher, a déclenché le premier niveau de vigilance sécheresse le 24 mars.
François Pesneau, préfet de Loir-et-Cher, a déclenché le premier niveau de vigilance sécheresse le 24 mars.
© L.B. - Horizons

Malgré le retour de la pluie en ce mois de mars, le préfet de Loir-et-Cher, François Pesneau, a décidé de déclencher le premier niveau d’alerte sécheresse, jeudi 24 mars. L’année dernière, ce même niveau avait été déclenché le 6 mai. « La situation pluviométrique de cet hiver ainsi que le faible niveau de recharge des nappes phréatiques m’oblige à déclencher dès aujourd’hui le premier niveau d’alerte sécheresse », a précisé François Pesneau. La pluviométrie depuis le début de l’année a été normale mais mal répartie.

Niveau de nappes en baisse

La période de recharge des nappes phréatiques allant d’octobre à février n’a pas permis à ces dernières de suffisamment se recharger. Dans le département de Loir-et-Cher, seulement 5 mm d’eau sont tombés durant le mois de février, « trop peu » selon le représentant de l’État. « La pluie actuelle ne permet plus de recharger les nappes car elle est absorbée par la végétation », affirme le préfet. Il a tenu à rappeler que ce niveau de vigilance ne serait en rien contraignant. Même si certains départements commencent à mettre en place des mesures de restriction, « la situation en Loir-et-Cher ne nous oblige pas aujourd’hui à restreindre l’utilisation de l’eau ». Ce niveau d’alerte appelle plutôt les habitants, entreprises ou encore collectivités territoriales à la vigilance sur leur consommation en eau.

Pas de dérogation pour l’irrigation

Concernant l’agriculture, François Pesneau a tenu à féliciter les agriculteurs du département d’avoir pris conscience des faibles niveaux des nappes phréatiques. « J’ai remarqué que de nombreux agriculteurs ont adapté leur assolement afin d’éviter des plantes consommant beaucoup d’eau comme le maïs », a-t-il précisé. Toutefois, la profession agricole ne pourra pas bénéficier de dérogation si des restrictions sont prises plus tôt que l’année dernière. « Nous allons nous en tenir à l’arrêté-cadre. Il pourra y avoir des ajustements mais il n’y aura pas de dérogation globale pour une profession plus qu’une autre », a tranché le préfet. Il invite les agriculteurs à irriguer de la manière la plus économe possible en utilisant par exemple des systèmes de goutte-à-goutte ou encore d’éviter d’arroser en direction des routes. « Je sais que l’irrigation est une obligation pour la profession agricole afin que les cultures puissent pousser correctement », a tout de même reconnu François Pesneau.

Cellule eau le 3 avril

Si la situation ne s’améliore pas, le préfet a déjà annoncé que des restrictions pourraient commencer à être prises dès la fin du mois d’avril. Une cellule eau aura lieu lundi 3 avril afin de réunir les utilisateurs d’eau avec notamment des représentants du monde agricole. La sécheresse risque encore cette année d’être un sujet brûlant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité