Aller au contenu principal

Syndicalisme
Le préfet à l'écoute du monde agricole eurélien à Langey

À l'invitation de la FNSEA et Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir, le préfet Françoise Souliman découvre l'agriculture eurélienne en visitant, le 22 mars, la ferme de Julien et Sébastien Gault, à Langey.

« Ce ne sera que le début d'un long pèlerinage rural, déclare le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise ­Souliman, qui découvre le monde agricole eurélien lors de la visite de la ferme en Gaec de Julien et Sébastien Gault, le 22 mars à ­Langey. Mais l'idée, outre le fait de se rencontrer, sera de faire les États généraux de l'eau, travailler plus sur la loi Egalim et surtout essayer très concrètement de redonner les bons chiffres et de retravailler les fondamentaux des calculs de la Pac nouvelle génération. »

« Je veux vous dire aussi que sans vous nous ne serions pas ce que l'on est, vous faites les paysages, vous nous faites manger. Et manger bien, c'est mieux », conclut le préfet avant de repartir, précisant que sa porte serait toujours ouverte.

Cette visite préfectorale est organisée à l'invitation de la FNSEA et Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir. Y sont présents les représentants de l'ensemble des organisations professionnelles agricoles, ainsi entre autres que le président de la CGB CVL, Alexandre Pelé, et celui de la chambre d'Agriculture, Éric Thirouin.

De son côté, Françoise Souliman est flanquée du directeur des Territoires, ­Guillaume Barron, et de celui de la DDFIP, Gradzig El-Karoui.

Du matériel en commun

Julien et Sébastien Gault présentent donc à Françoise ­Souliman les particularités de leur exploitation : « La première est que nous avons beaucoup de matériels en commun, soit en Cuma soit en copropriété. Nous sommes trois sur cette moissonneuse-batteuse par exemple. Nous cultivons du blé, de l'orge, du colza et du maïs sur 215 hectares ».

Au fil de la visite, tout le monde se retrouve près d'une très belle grange qui abrite quatre cellules de stockage. L'occasion pour les exploitants de parler de la récolte 2020 : « Ça a été la plus mauvaise pour nous. Nos rendements sont tombés à 56 quintaux en blé contre 75-80 habituellement. »

« Nous avons ici une capacité de stockage de 250 tonnes mais il ne nous reste que 80 tonnes à vendre. Nous avons vendu tôt, nous ne pensions pas que les prix monteraient comme ça », souligne l'exploitant.

« Au fond du trou »

Cet échange permet à ­Éric ­Thirouin de rappeler au préfet que l'année a été véritablement catastrophique pour les exploitants euréliens « même avec des capacités de stockage… Vendre 20 % de sa récolte au prix actuel, ne fait au total qu'un prix moyen très moyen ».

Il pointe également les incohérences des politiques nationales de soutien qui sont essentiellement fléchées vers l'élevage, ainsi que l'insuffisance des aides régionales à l'investissement : « On arrive au fond du trou ».

Des idées révolues

Le président de la FNSEA d'Eure-et-Loir, Bertrand Petit, trouve un préfet à l'écoute : « Elle a bien compris que les vieilles idées d'antan sur un département riche, c'est révolu. Qu'il y a des régions différentes, avec des pierres, des problèmes de sécheresse. Je sais que son directeur de cabinet, que j'ai rencontré la semaine dernière, était aussi sensible à ça et reconnaît que même en Eure-et-Loir, il y a des cas compliqués. »­

D'ajouter : « Françoise ­Souliman a redit également qu'elle était très ouverte pour étudier s'il y avait des choses faisables sur l'eau. Elle n'a rien promis mais c'est important. Elle a bien compris aussi que des bons prix sur une petite partie de la récolte n'étaient pas suffisants ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 11 avril, à Amilly. La co-associée de Jump Chartres 28, Mathilde Nodier, et le co-gérant du site de méthanisation Theuvy Biogaz, Jean-Baptiste Gouin (au c.), ont signé sous l'égide du délégué territorial de GRDF, Jean-Michel Vappereau, un partenariat pour valoriser le fumier équin.
Du fumier de cheval pour le méthaniseur
Le site de méthanisation Theuvy biogaz et le centre équestre Jump Chartres 28 ont signé le 11 avril à Amilly une convention…
La Chapelle-la-Reine, jeudi 25 avril. Augustin Vecten au milieu de l'aspergeraie. En conditions optimales, une asperge peut prendre 7 cm /jour.

Les asperges de la ferme des 4 vents
La récolte des asperges a débuté lentement en raison de la fraîcheur des températures. Rencontre avec Augustin Vecten, producteur…
Véritable figure du syndicalisme francilien, Patrick Dezobry est décédé dans la nuit du 24 au 25 avril à l'aube de ses 69 ans.
Décès de Patrick Dezobry : le vibrant hommage de toute une profession
Très engagé pour la profession depuis de longues années, Patrick Dezobry est décédé dans la nuit du 24 au 25 avril à l'aube…
Damien Greffin, président de la FDSEA Île-de-France, introduit l'assemblée générale.
AG FDSEA Île-de-France : salle comble et riches échanges
Mardi 30 avril a eu lieu l'assemblée générale de la FDSEA Île-de-France à Louveciennes (Yvelines).Durant la matinée, les…
La matinée s'est poursuivie par la visite guidée du site, ici par Christophe Hillairet, l'un des six associés, président de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France.
Le méthaniseur de Sonchamp inauguré dans les Yvelines
Vendredi 19 avril a eu lieu l'inauguration du méthaniseur de Sonchamp sur la ferme de Luc Janottin, à Renonvilliers (…
Éric Delorme est l'actuel président de la Cuma des Vieilles charrues.
Les Vieilles charrues, une nouvelle Cuma dans le Loiret
Depuis le début de l’année, deux nouvelles Cuma se sont formées dans le Loiret, dont celle présidée par Éric Delorme et baptisée…
Publicité