Aller au contenu principal

Yvelines
Le projet de loi de Grégory Besson-Moreau (LREM) pour compléter Egalim

Le député (LREM) de l'Aube Grégory Besson-Moreau est venu en visite dans les Yvelines afin de présenter son projet de loi visant à compléter la loi Egalim.

Le député Grégory Besson-Moreau (à gauche) en visite à la Ferme de Bissy au côté de l'exploitant Nicolas Trébouta.
À Bonnelles (Yvelines), le 23 mars. Le député (LREM) de l'Aube Grégory Besson-Moreau (à gauche) en visite à la ferme de Bissy au côté de l'exploitant Nicolas Trébouta.
© © Marine Guillaume

Le député (LREM) de l'Aube, Grégory Besson-Moreau a choisi les Yvelines, et plus précisément la circonscription de la députée Aurore Bergé (LREM) pour venir à la rencontre du monde agricole et présenter son projet de loi qui doit permettre de compléter la loi Egalim sur la construction du prix et la rémunération des producteurs.

Mardi 23 mars, les deux députés se sont d'abord rendus à la ferme de Boiteaux, à Ablis, où ils ont rencontré le propriétaire des lieux, Constant Thirouin. Filière betteraves, Pac et taxation azote ont notamment été abordés en présence du président de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France, Christophe Hillairet.

Puis, les deux élus ont rejoint la ferme de Bissy à Bonnelles où l'exploitant, Nicolas Trébouta, leur a proposé une visite complète de l'exploitation laitière qui compte 360 vaches.

« Fixer un prix non négociable »

À l'issue de ces rencontres, Grégory Besson-Moreau a échangé avec plusieurs agriculteurs du secteur, toutes productions confondues, et présenté plus en détail le texte qu'il vient de déposer à l'Assemblée nationale.

« La loi Egalim n'est pas aboutie, a d'emblée souligné le député. Il faut protéger la rémunération des agriculteurs et c'est le sens de ma proposition de loi. Le texte prévoit d'imposer à l'industriel d'aller négocier le prix d'abord avec l'agriculteur avant d'aller voir la grande distribution. », explique-t-il.

Il précise : « On parle d'un prix juste, qui sera basé sur les coûts réels de production et qui sera non-négociable. Le texte prévoit une sanctuarisation des prix, avec un système d'indexation. L'idée est de conduire à la contractualisation des matières premières agricoles ».

Le député souhaite ainsi contraindre la grande distribution à acheter les productions agricoles françaises à un prix rémunérateur pour les producteurs et affirme que la grande distribution y est prête et que cela ne conduira pas nécessairement à une flambée des prix en rayons.

« La grande distribution a pris le virage du ''made in France'' et du ''produit local'' comme argument de vente. Il faut concrétiser le message en respectant la valeur de la production française. Depuis des années, on a fait les poches des agriculteurs. Cela conduit à une situation catastrophique aujourd'hui, les exploitations disparaissent une à une. Cela doit cesser et le travail des agriculteurs doit être reconnu. »

Le député a déposé son projet de loi à l'Assemblée nationale le 26 mars et espère une inscription à l'ordre du jour la première semaine de juin. « Il y a urgence », a conclu l'élu.

Photo : À Bonnelles (Yvelines), le 23 mars. Le député (LREM) de l'Aube Grégory Besson-Moreau (à gauche) en visite à la ferme de Bissy au côté de l'exploitant Nicolas Trébouta.

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité