Aller au contenu principal

Le retour de la culture du cornichon

Abandonnée il y a près de vingt ans, la culture du cornichon revient en Loir-et-Cher et dans la Sarthe. Quatre agriculteurs loir-et-chériens se sont lancés dans l’aventure.

Le groupe Reitzel veut reconstruire la filière du cornichon, quasiment disparue en France, avec la marque 100 % française : « Le Jardin d’Orante ».

La PME recherche des producteurs dans la région pour répondre à ses attentes avec un cornichon « Made in France » à prix accessible et contester la suprématie indienne (85 % du marché).

« Nous voulons relancer la filière à grande échelle avec un cornichon semé, récolté, préparé et conditionné en France, le tout à un prix accessible... », indique Martial Chauvière, directeur des opérations pour les usines Reitzel de Connerré et de Bourré.

À ce jour, la marque tricolore travaille avec cinq producteurs.

« La production a été vendue en quelques mois l’an dernier. Mais ça reste une production marginale… Remonter une filière, c’est long. Nous avons fait 60 tonnes de cornichons en 2016, nous espérons trois fois plus cette année et dix fois plus dans trois ans », a expliqué Christophe Gudin, directeur industriel de Reitzel.

Pour valoriser son initiative, l’entreprise a organisé une présentation chez Gilles Leroux, le 20 juillet au Gaec de la Dalbeine à Veuves.

L’exploitant s’est lancé dans la production de cornichons sur un hectare après une année 2016 catastrophique. « Aujourd’hui, face aux difficultés sur les terres céréalières, nous devons nous diversifier. Le projet est stimulant sur le plan professionnel. Nous, on gère la partie technique, on sait produire, mais on ne sait pas vendre. Chacun son métier. ».

La culture du cornichon est délicate. Il faut passer plusieurs fois par jour sur chaque plant. C’est une cueillette exigeante.

« Cette première année, on découvre la culture, il n’y aura pas de gain économique », a annoncé Gilles Leroux.

Afin de soutenir ses partenaires, le Jardin d’Orante assure un revenu minimum, même en cas de perte des récoltes.

Philippe Noyau, président de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, a rappelé : « Ce projet ne sera durable que si les agriculteurs gagnent leur vie. ».

Cette année, la pleine saison du cornichon a débuté avec un peu de retard.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité