Aller au contenu principal

Interview
"Le Val de Loire peut s’appuyer sur ses stocks"

Les vignerons et négociants du Val de Loire, éprouvés par les vagues de gel qui ont frappé l’ensemble du vignoble les quinze premiers jours d’avril, anticipent les conséquences sur les marchés. Lionel Gosseaume, président d’Interloire, répond à nos questions.

Êtes-vous en mesure de chiffrer les pertes dues au gel ?

Il est trop tôt pour évaluer les pertes avec précision car il faut attendre la repousse. L’impact définitif sera chiffré à la déclaration de récolte, en fin d’année, nous savons d’ores et déjà que la récolte 2021 sera affectée.

Le risque climatique est connu et de plus en plus anticipé. La viticulture est-elle suffisamment équipée ?

Si cet épisode de gel est inédit par son ampleur, il ne s’agit pas pour autant d’un risque que l’on découvre en Val de Loire, région septentrionale pour la culture de la vigne. Ce phénomène est fréquent ces dernières années, 2021 étant le quatrième épisode de gel subi en six ans après 2016, 2017 et 2019.

La filière a fait des équipements contre les aléas une des priorités du plan filière Val de Loire 2030. Ces cinq dernières années, plus de 400 tours antigel ont été installées dans le vignoble. Il faut continuer le déploiement des dispositifs de protection que ce soient les tours antigel, l’aspersion, les fils chauffants… pour garantir le niveau de nos récoltes.

L’interprofession continuera à relayer et appuyer les demandes de la profession pour que les pouvoirs publics accompagnent la filière.

Les vignerons partiellement amputés de leur récolte 2021 vont-ils pouvoir répondre à la demande ?

Pour ce qui concerne les marchés, la situation s’annonce contrastée selon les entreprises et les produits. Le Val de Loire peut cependant s’appuyer sur ses stocks, notamment ceux d’un très joli millésime 2020, pour répondre à la demande.

La nature aura été sévère avec nous en 2021. Heureusement, en 2020, elle nous a offert un millésime de qualité et quantité exceptionnelles : près de 3 millions d’hectolitres pour le Val de Loire.

Ce millésime 2020 nous aidera à maintenir un niveau de disponibilités satisfaisant.

Pour en savoir plus sur Interloire, cliquez ici. Et retrouvez le domaine de Lionel Gosseaume.

Photo : © InterLoire - Stevens Frémont

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité