Aller au contenu principal

Intempéries
Le vignoble loir-et-chérien touché par la gelée noire

Le froid a mordu fort le vignoble loir-et-chérien la semaine dernière. Avec trois jours de gel, des températures descendues jusqu'à - 7 °C et de l'humidité, des dégâts ont été constatés sur les vignes. Cependant, il est encore trop tôt pour dresser une tendance.

Les 6, 7 et 8 avril, les températures sont descendues jusqu'à - 5 °C voire - 7 °C par endroits, impactant les vignes loir-et-chériennes. Il est encore trop tôt pour dresser une tendance.

Brieuc Ménager, conseiller viticole à la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher, explique : « Une grosse masse d'air froid a causé une gelée advective. Nous avons fait des petits tours de vigne, nous avons constaté qu'il y a des dégâts non négligeables, mais nous ne pouvons pas encore le quantifier ».

Le mardi matin, les relevés de température se situaient entre - 5 °C à - 7 °C. Dans la nuit du mardi au mercredi, l'humidité a amplifié le phénomène.

Les températures relevées le mercredi matin se situaient entre - 3 °C et - 5 °C, mais « l'humidité était plus préjudiciable pour la vigne », pointe Brieuc Ménager.

Parmi les différents cépages du vignoble loir-et-chérien, « les plus précoces tels que le chardonnay, le gamay, le pinot noir ont été plus impactés, souligne le conseiller. Mais mercredi matin, nous avons vu des cépages moins avancés tels que le sauvignon subir des dégâts à cause de l'humidité présente ».

En fonction des cépages, les vignes étaient plus ou moins avancées : du stade bourgeon dans le coton à pointes vertes, voire sortie de feuille pour les cépages les plus précoces. Les vignerons ont déployé les dispositifs antigel : écrans de fumée, tours, bougies.

Mais cette gelée noire a mordu fort. Il faudra attendre encore pour avoir une vue d'ensemble et dresser un bilan des dégâts, le froid étant revenu cette semaine.

Photos : © Brieuc Ménager - CA 41

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité