Aller au contenu principal

Le Visio-Crop de Luc Lorin : un outil prospectif et performant

Agriculteur à Digny, Luc Lorin a développé Visio-Crop, un outil qui permet d’anticiper les stades des cultures et de prévoir les maladies en fonction de la météo.

Passionné d’informatique, de technique, de météorologie et d’agronomie, l’agriculteur Luc Lorin, installé à Digny, a développé patiemment une série d’outils d’aide à la décision (OAD).

«  Au début j’ai fait ce travail à titre personnel, je souhaitais obtenir des prévisions de stades de culture, de risque maladie ou améliorer la modulation de l’azote. Et puis, j’ai commencé à commercialiser avec des boîtes de phytosanitaires  ».

En travaillant sur les essais réalisés par les chambres d’Agriculture, l’agriculteur a continué à perfectionner ses modèles et les a élargis à toutes les régions productrices et toutes les cultures.

«  Je collecte des données météo qui alimentent mon modèle, explique-t-il. Ensuite, ça me ressort des données de stades et de maladies de nombreux pays d’Europe. Il y a des pays qui nous embêtent, en particulier sur la mer Noire. Prévoir ce qui se passe là-bas permet d’anticiper le marché  ». Luc Lorin réussit à se procurer de la donnée sur ces pays, et y est allé à de nombreuses reprises pour avancer sur l’ensemble des modèles des pays de l’Est.

Puis il a continué avec la Chine, les États-Unis, l’Argentine…

Récemment, il a travaillé avec des entreprises comme Glencore autour de ses modèles de prévisions de rendement ou avec des semenciers.

Depuis 2015, il agit également comme consultant auprès d’exploitants français installés en Roumanie sur de très grandes surfaces. «  Anticiper leur permet de programmer leurs chantiers, sinon, tout se télescope  », pointe-t-il.

Aujourd’hui, Luc Lorin communique sur Twitter, où il compte plusieurs milliers d’abonnés, et a ouvert un site Internet  : visio-crop.fr.

«  Avant, c’était gratuit, je donnais tout, mais depuis octobre c’est sur abonnement.  » Car ce travail lui demande beaucoup de temps, à minima quelques heures de travail chaque nuit.

Hervé Colin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité