Aller au contenu principal

Portrait
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre

À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à Étréchy (Essonne). Cavalière depuis son plus jeune âge, la jeune femme excelle dans l'équitation western et donne une nouvelle impulsion à son établissement. Rencontre.

À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
© DR

C'est un rêve d'enfant réalisé bien plus tôt que ce qu'elle avait envisagé. À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch. Un défi de taille pour cette jeune femme qui vient tout juste d'obtenir son diplôme d'instructrice en équitation western. Entourée de ses parents, elle fait preuve d'une grande maturité et a déjà donné une nouvelle impulsion à son établissement. 

« Ici on pratique l'équitation western depuis toujours, raconte celle qui fréquentait déjà cet établissement depuis dix ans en tant que cliente. Je conserve cette identité mais j'ai ajouté des cours de travail du cheval à pied ainsi que du baby-poney à partir de 3 ans ». Depuis son arrivée, Léa Perthuis a également effectué plusieurs mises aux normes, agrandi le manège, rénové la sellerie et les paddocks pour les seize chevaux et sept poneys qu'elle héberge. 

Si Léa est aussi déterminée, c'est parce qu'elle envisage son avenir dans les chevaux depuis un bon moment déjà. Tombée dans l'équitation western toute petite, la jeune femme a progressé à la vitesse de l'éclair, coachée par le propriétaire du club de l'époque. « J'ai participé à mon premier Equita Lyon à l'âge de 12 ans. J'étais très impressionnée », se souvient la jeune femme qui enchaîne ensuite les concours prestigieux. « J'ai été sélectionnée en équipe de France en 2016 et tout s'est enchaîné avec les premières Européennes en 2017, puis les championnats du monde aux États-Unis en 2018 ». À son retour, la cavalière essonnienne remporte l'épreuve western de sa catégorie à Equita Lyon et obtient la quatrième place aux Européennes de 2019. 

Son baccalauréat en poche, Léa Perthuis s'engage dans des études équestres pour devenir instructrice avec le rêve d'avoir un jour sa propre structure. Un rêve précipité fin 2021 alors que l'ancien propriétaire de son centre équestre lui annonce sa volonté de céder son établissement. Léa Perthuis se positionne alors, avec l'idée d'une transmission sur plusieurs mois. « Le calendrier a été brusquement bousculé car le propriétaire est décédé, raconte Léa. J'ai pris les rênes de la structure alors que j'étais encore en étude. Heureusement que mes parents étaient là pour m'épauler ! ».

En cette rentrée de septembre, Léa Perthuis a fait le plein de clients. C'est elle qui assure personnellement la totalité des cours proposés dans son établissement et rêve de monter une équipe de concours avec ses cavaliers. La jeune femme continue également de pratiquer sa discipline et s'autorise régulièrement des absences pour participer à des concours. « C'est ma vitrine et ma crédibilité », affirme-t-elle. 

 

Biographie

- 2001 : naissance à Étampes (Essonne).
- 2016 : première sélection en équipe de France western.
- 2018 : participe aux championnats du monde aux USA.
- 2021 : reprend le centre équestre Adamo Walti Stable et le renomme Twila Ranch.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité