Aller au contenu principal

L'école d'ingénieurs agronomes Esa s'installe à Guyancourt

L'école supérieure des agriculteurs (Esa) a inauguré ses locaux parisiens le 14 octobre à Guyancourt (Yvelines).

Traditionnellement installée en terres angevines, l'École supérieure des agricultures (Esa) vient de poser ses valises en Île-de-France. C'est à Guyancourt (Yvelines) que des locaux flambant neufs accueillent depuis quelques semaines la première promotion de cette nouvelle aventure parisienne. L'Esa Angers maintient évidemment son activité habituelle mais l'antenne de Guyancourt doit désormais permettre d'une part à des étudiants franciliens de ne pas se délocaliser, mais aussi d'accueillir plus facilement des intervenants parisiens pour des conférences, qui seront alors retransmises en direct dans les locaux d'Angers.

Guyancourt attaché à l'agriculture

Mardi 14 octobre, l'Esa a donc officiellement inauguré ce nouveau campus en présence du vice-président de la Région Île-de-France, Othman Nasrou, ainsi que du conseiller régional, Jérôme Regnault, du président de Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Michel Fourgous et du maire de Guyancourt, François Morton.

Ce dernier s'est d'ailleurs largement félicité d'accueillir l'école d'ingénieurs sur sa commune et a eu des morts forts pour l'agriculture francilienne : « Notre ville tient fortement à ses 515 hectares de terres agricoles. Nous sommes sensibles aux enjeux de la production agricole, au consommer local… et nous continuerons à agir pour votre développement ».

L'Esa attendue sur le défi de l'emploi

Si l'Esa cherchait à s'installer en Île-de-France depuis 2018, c'est parce que 30 % de ses pré-candidatures provenaient de la région parisienne avec un pourcentage de candidatures confirmées plutôt maigres compte-tenu de l'éloignement géographique et des contraintes associées. L'école a alors cherché à se rapprocher de ses futurs étudiants.

Un pari risqué mais qui pourrait bien servir l'Île-de-France en matière d'emplois. C'est en tout cas ce qu'ont collectivement espéré les élus présents lors de cette inauguration. La région francilienne déplore en effet un déficit d'emplois non pourvus dans les secteurs agricoles et agroalimentaires.

200 à 250 élèves d'ici 2024

Pour cette première rentrée, deux formations sont pour l’instant proposées : le cursus d’ingénieur agronome et le Bachelor Agroécologie et systèmes alimentaires. Le développement sera progressif avec, cette année, les premières années ingénieur et Bachelor ; puis en 2023, les premières et deuxièmes années de ces mêmes cursus et enfin, dès 2024, les premières, deuxièmes et troisièmes années de l'ensemble des formations (les élèves ingénieur effectueront leurs quatrièmes et cinquièmes années sur le site d’Angers). À terme, le campus devrait accueillir entre 200 et 250 étudiants et projette des partenariats avec AgroParistech (Palaiseau), l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l'Inrae.

Dotée de trois plateaux de 600 m2 chacun, l'Esa Guyancourt compte de nombreuses salles de travail dont certaines sont équipées avec tableau interactif et dalle son qui permettront aux étudiants et intervenants d'être parfaitement reliés au site d'Angers.

+ d'infos :

L’ESA organisera deux journées portes ouvertes les samedis 3 décembre et 11 février, de 10 heures à 17 heures.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité