Aller au contenu principal

Lin
L’entreprise Devogèle, unique teilleur de lin francilien

Outre une présentation complète de la filière lin, le jeune dirigeant de l’entreprise Devogèle, Simon Delétain, a présenté ses projets de modernisation des installations et de développement de la production à la vice-présidente de la Région Île-de-France, Alexandra Dublanche, le 6 avril.

Deux mille hectares de lin (une surface qui est montée jusqu’à 5 000 hectares) illuminent la plaine seine-et-­marnaise de leurs fleurs bleu pâle à la fin du printemps.

Mais la région ne compte qu’une seule unité de première transformation, l’entreprise Devogèle implantée à Chailly-en-Brie.

Dirigée depuis 2018 par Simon Delétain, 28 ans, celle-ci a une capacité de traitement de mille hectares, ce qui limite le développement de la production. Pourtant, la demande mondiale en lin, à 90 % destinée à la production de fibres, tirée par le boom de l’ameublement, est forte.

C’est une plante écologiquement bien meilleure que d’autres fibres.

« Semé généralement fin mars-début avril et récolté cent jours plus tard, le lin est une belle culture, compliquée mais intéressante », souligne Franck Jubert, agriculteur bio à ­Leudon-en-Brie et vice-­président de l’AGPL (Association générale des producteurs de lin).

C’est une culture de rotation (sept ans voire huit à dix ans). Elle nécessite du matériel spécifique fourni par le teilleur qui réalise les travaux sous forme de prestation, avec une étape clé : le rouissage.

Le jeune dirigeant de l’entreprise Devogèle a la volonté, dans un premier temps, de moderniser l’usine, de développer une seconde ligne de production face à la demande de l’amont et de l’aval.

Si cela est impossible sur le site actuel, l’acquisition d’un nouveau terrain est en réflexion avec la communauté d’agglomération Coulommiers-Pays de Brie.

Le montant du premier investissement est estimé entre 7 et 8 millions d’euros (terrain inclus). Dès le départ, le bâtiment et le triage seront calibrés pour le fonctionnement de deux lignes. Par contre, la mise en route de cette dernière nécessitera de nouveaux investissements dans du matériel de récolte.

Actuellement, l’entreprise emploie 16 salariés et travaille avec 80 partenaires situés à proximité. En effet, les fibres longues représentant 80 à 90 % de la valeur ajoutée, il apparaît nécessaire de limiter le transport.

Les sous-produits sont également valorisés : les fibres brisées et poussières sont utilisées en maraîchage, les anas (copeaux de lin) servent à faire du contreplaqué, etc.

Cette fibre sera à l’honneur lors de la réouverture des magasins avec l’opération « J’aime le lin » au BHV à Paris, où la rue de Rivoli sera végétalisée.

En savoir +

La production européenne est regroupée dans trois pays : la France (80 % de la production), la Belgique (15 %) et les Pays-Bas (5 %), qui ont un projet d’IGP transfrontalière.
Seulement 20 % des fibres restent en Europe et le nombre d’intermédiaires nécessaires entre le champ et la toile est important.
Un label européen, European Flax, garantit l’origine d’une fibre de lin de qualité premium cultivée en Europe. Ce label répond aux attentes de la société et de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité