Aller au contenu principal

L’envie de progresser de Fabien Biette

Fabien Biette, maraîcher-céréalier à Soings-en-Sologne, est installé depuis maintenant près de dix ans. Il travaille avec le groupe Dephy sur « mieux protéger pour moins intervenir ».

Installé depuis 2008, Fabien Biette a repris à l’âge de 20 ans l’exploitation familiale Earl Biette, située à Soings-en-Sologne : « À l’issue de mon BTSA Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole, ce fut comme une évidence pour moi de prendre la continuité de mes parents qui en avait fait de même avec les leurs ».

Fabien a plusieurs casquettes. Celle d’agriculteur : maraîcher, céréalier et chef d’entreprise…, puis celle de père de famille et enfin celle de mari de Virginie, une éleveuse de vaches laitières à Mehers.

« Un couple, deux exploitations, et deux enfants... On essaie de finir tôt, c’est une organisation, une aide mutuelle d’une structure à l’autre dans les périodes critiques. Heureusement que c’est notre passion ! », annonce l’agriculteur.

Aujourd’hui, l’exploitation compte 100 hectares morcelés sur Chemery et Soings-en-Sologne : 15 ha poireaux, 7 ha de fraises au sol, 1 ha en hors sol, du maïs semences, des céréales à paille, et, depuis l’année dernière, 1 ha de cornichons qui vont être récoltés d’ici peu en partenariat avec la société Reitzel.

« Avant de faire un produit il faut regarder s’il y a bien des clients au bout, c’est la base. Ensuite j’ai l’envie de me diversifier et de trouver quelque chose qui pousse bien dans nos terres. Et je pense que si on veut pouvoir vivre de notre métier il nous faut faire des cultures spécialisées, faire ce que les autres ne veulent pas faire… », note l’agriculteur.

La totalité de la cueillette des fraises passe par la coopérative familiale Le Cadran de Sologne, située à Fontaines-en-Sologne. « J’aime travailler avec du vivant, avec le climat, gérer les parcelles, les assolements en fonction de comment je ressens la terre. Mais, en mai, je suis partout et nulle part avec la soixantaine de personnes qui vient travailler pour récolter. Faire partie du Cadran est un vrai plus : gestion facilitée, sécurité financière, matériel en commun, tours de plaine organisés chaque semaine, un vrai principe d’entraide… », explique Fabien.

Travaillant « au feeling », l’agriculteur n’est pas en bio, mais tend à s’en rapprocher au maximum, notamment avec le travail volontaire au sein du groupe Dephy Légumes 41 depuis deux ans : « L’évolution de la réglementation, de la société et l’inefficacité de certaines solutions chimiques nous poussent à trouver d’autres moyens de lutte, notamment contre le thrips qui pose le plus de soucis en poireau et en fraise ». 

Soucieux de sa propre santé et de celle du consommateur, Fabien souhaite, au travers de ce groupe de volontaires, progresser collectivement dans le développement de pratiques économes en produits phytosanitaires.

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité