Aller au contenu principal

Les adhérents du GEETA visitent les essais du Pithiverais

Le GEETA de Pithiviers a organisé une visite d’essais sur Crottes-en-Pithiverais et ses alentours, mercredi 13 juin.

Le GEETA (Groupement d’Etudes Economiques et Techniques Agricoles) de Pithiviers a organisé sa visite d’essais annuelle sur Crottes-en-Pithiverais et ses alentours, mercredi 13 juin. Un bon nombre d’agriculteurs a répondu présent au rendez-vous pour échanger sur de nombreux aspects liés à la conduite des cultures.
Cette visite permettait à chacun des agriculteurs présents d’échanger avec les conseillers sur le contexte agricole de l’année et sur les évolutions techniques en fonction du contexte réglementaire et climatique.


Fertilisation orge de printemps
La variété RGT Planet se développe en plaine, son potentiel de rendement est supérieur aux autres. Les besoins en azote de cette variété ont évolué à la hausse cette année, d’où la mise en place de cet essai. L’objectif était de comparer les doses et dates d’apport pour la fertilisation d’une orge de printemps, sur la parcelle d’Antoine Gudin à Attray, « Nous avons testé 7 modalités » débute Camille Dufoix, conseiller à la CA45. Avec un reliquat de 37 unités, le bilan donne un conseil à 140 unités. « Le témoin sans azote est plus clair et son nombre d’épis au m2 est inférieur, avec une hauteur plus faible d’au moins 10 cm » poursuit-il. L’objectif de cet essai était de voir si les 140 unités préconisées étaient correctes. « La modalité de 140 unités a le plus gros nombre d’épis, 850/m2 Cela suppose que l’on aura le meilleur potentiel de rendement, à confirmer lors de la récolte si le taux de protéine sera suffisant » précise-t-il.
Sur la parcelle, les conseillers ont aussi testé une modalité à 3 apports, dont un dernier à un nœud pour ne pas négliger le taux de protéine de cette variété à fort potentiel.


Colza associé
L’essai colza associé avait pour objectif de comparer les différentes associations au semis du colza. Quatre modalités ont été examinées avec des objectifs d’impact sur l’implantation du colza et sur les ravageurs. « Sur les parcelles où l’on a différents étages foliaires (Trèfle, féveroles), nous avons trouvé moins d’insectes (Altises, charançons du bourgeon terminal) » explique Romain Dufer, Conseiller GEETA qui a réalisé des piégeages au champ pour comptabiliser les insectes. « Si l’on trouve moins d’altise, on retrouve aussi moins de larves dans les tiges de colza associé avec le trèfle ou la féverole. D’un point de vue résistance aux insecticides, c’est un élément à ne pas négliger » indique-t-il. Cela dit, il vaut mieux préférer les féveroles de printemps, en effet leur développement est plus rapide à l’automne. Leur sensibilité au froid et également beaucoup plus importante, ce qui favorise la destruction par le gel.


Solinazo sur blé améliorant
L’objectif de cet essai était de comparer de façon expérimentale, les performances des différentes stratégies de fertilisation azotée issues des méthodes nouvelles. ..

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité