Aller au contenu principal

Les Bergeries de Sologne en vitesse de croisière

900 brebis de race charmoise composent le cheptel des Bergeries de Sologne, à Fontaines-en-Sologne. Coup de projecteur sur une structure en bonne santé.

« C’est une race rustique donnant des agneaux bien conformés et une viande d’excellente qualité, déclare François Bernard, éleveur de brebis charmoises à Fontaines-en-Sologne. En outre, elle valorise les terres pauvres. Les animaux vivent en plein air les trois quarts de l’année. Par ailleurs, les agneaux naissent avec une laine rase. S’il faut les garder en bâtiment cinq ou six jours, ils poussent très vite. Les problèmes de mise bas sont rares ».

Les agneaux destinés à la viande sont élevés pendant cinq ou six mois. Pour les reproducteurs, les mâles sont élevés durant huit à quinze mois avant d’être vendus. Quant aux femelles, elles sont vendues à six ou sept mois.

Le professionnel explique  : « Nous sommes un élevage de sélection. Nous sommes donc au contrôle de croissance. Lors du sevrage, nous sélectionnons les meilleurs spécimens selon la vitesse de croissance et les caractéristiques de la race  ».

L’élevage compte 170 ha de prairies. Les animaux sont donc nourris à base d’herbe et d’enrubannage. Les zones de commercialisation pour les reproducteurs sont larges  : France, Grande-Bretagne, Suisse et Allemagne, etc.

« Nous avons un rythme de croisière », commente François Bernard. Pour la partie élevage, la structure compte un salarié. Pour la transformation et la commercialisation, outre Jeannine, l’épouse et associée de l’éleveur, il y a deux salariés. Les produits sont vendus sur place et à Chambord.

Des repas à la ferme sont proposés de mai à septembre. De plus, durant l’été, le mardi matin, une visite de l’élevage est possible. Exposé sur l’exploitation, démonstration de chiens, tonte de troupeau et dégustation figurent au programme. De trente-cinq à cent vingt personnes sont accueillies.

« Nous avons connu une belle saison, indique François Bernard. Le week-end, nous enregistrons encore du passage. Les gens ne sont pas partis  !  ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité