Aller au contenu principal

Les Bergeries de Sologne en vitesse de croisière

900 brebis de race charmoise composent le cheptel des Bergeries de Sologne, à Fontaines-en-Sologne. Coup de projecteur sur une structure en bonne santé.

« C’est une race rustique donnant des agneaux bien conformés et une viande d’excellente qualité, déclare François Bernard, éleveur de brebis charmoises à Fontaines-en-Sologne. En outre, elle valorise les terres pauvres. Les animaux vivent en plein air les trois quarts de l’année. Par ailleurs, les agneaux naissent avec une laine rase. S’il faut les garder en bâtiment cinq ou six jours, ils poussent très vite. Les problèmes de mise bas sont rares ».

Les agneaux destinés à la viande sont élevés pendant cinq ou six mois. Pour les reproducteurs, les mâles sont élevés durant huit à quinze mois avant d’être vendus. Quant aux femelles, elles sont vendues à six ou sept mois.

Le professionnel explique  : « Nous sommes un élevage de sélection. Nous sommes donc au contrôle de croissance. Lors du sevrage, nous sélectionnons les meilleurs spécimens selon la vitesse de croissance et les caractéristiques de la race  ».

L’élevage compte 170 ha de prairies. Les animaux sont donc nourris à base d’herbe et d’enrubannage. Les zones de commercialisation pour les reproducteurs sont larges  : France, Grande-Bretagne, Suisse et Allemagne, etc.

« Nous avons un rythme de croisière », commente François Bernard. Pour la partie élevage, la structure compte un salarié. Pour la transformation et la commercialisation, outre Jeannine, l’épouse et associée de l’éleveur, il y a deux salariés. Les produits sont vendus sur place et à Chambord.

Des repas à la ferme sont proposés de mai à septembre. De plus, durant l’été, le mardi matin, une visite de l’élevage est possible. Exposé sur l’exploitation, démonstration de chiens, tonte de troupeau et dégustation figurent au programme. De trente-cinq à cent vingt personnes sont accueillies.

« Nous avons connu une belle saison, indique François Bernard. Le week-end, nous enregistrons encore du passage. Les gens ne sont pas partis  !  ».

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité