Aller au contenu principal

Les « Bergers d’Ile-de-France » lancent leur marque de viande régionale

La jeune association « Les Bergers d’Ile-de-France » met en place une marque associée, qui promeut la production locale.

Saint-Barthélémy, jeudi 14 septembre. Nicolas Roch est éleveur d’ovins de race Ile-de-France. Il commercialise en direct soit en caissette, soit des carcasses entières.
Saint-Barthélémy, jeudi 14 septembre. Nicolas Roch est éleveur d’ovins de race Ile-de-France. Il commercialise en direct soit en caissette, soit des carcasses entières.

« Nous mettons en place une marque locale pour promouvoir la qualité et la proximité du lieu de production. Le produit sera identifiable et reconnu par le consommateur et le professionnel de la boucherie et le valorisera mieux. L’intérêt pour nous est également de conquérir le marché de Paris où nous sommes peu présents, alors qu’il s’agit d’une clientèle au pouvoir d’achat élevé qui recherche la qualité. Enfin, les artisans bouchers ont intérêt à se démarquer  en valorisant l’artisanat par la proximité et qualité » : telle est la présentation de l’association « Les Bergers d’Ile-de-France » par son président, Nicolas Roch.

L’association, créée le 1er janvier dernier, regroupe dix-huit éleveurs franciliens, soit 50 % de la production régionale, et bénéficie du soutien de la Maison de l’élevage qui dispose d’un ingénieur filière, du conseil régional et du Cervia Paris-Ile-de-France.

Née sous l’impulsion de trois éleveurs ovins seine-et-marnais, l’association a pour objectif le développement d’une filière de qualité régionale de viande ovine et la création de la marque associée qui permettrait de dégager de la valeur ajoutée supplémentaire.

Dans un premier temps, ces éleveurs qui commercialisent leur viande directement à la ferme sous forme de carcasse ou en caissettes, se sont réunis afin de trouver des solutions à une meilleure identification de leur produit.

« On constate une demande en faveur de produits locaux, dont la viande qui est un produit d’appel dans les grandes et moyennes surfaces. En effet, quand il existe un bon rayon boucherie, les clients viennent nombreux et y font l’ensemble de leurs courses. On travaille également avec des artisans bouchers. Nous souhaitions mieux identifier notre production. Certaines enseignes ont eu la démarche de le faire et d’autres ne savent pas les mettre en valeur. Je pense que c’est aux éleveurs de le faire », explique Nicolas Roch, éleveur à Saint-Barthélémy.

Avec l’aide de la Maison de l’élevage, ils ont réuni l’ensemble des éleveurs franciliens qui souhaitaient intégrer cette démarche.

Leur but est également de maintenir une filière ovine  en enrayant la chute de production – on est passé de 100 000 ovins en Ile-de-France, il y a cinquante ans à 10 000 brebis aujourd’hui - et de conserver un outil de transformation à Jossigny.

De plus, comme le souligne Nicolas Roch, « c’est aussi une des conséquences de 2016 où les fermes spécialisées s’en sont mieux sorties. L’élevage ovin peut être une voie de diversification facile à mettre en place. Les Cipan (Cultures intermédiaire pièges à nitrates) peuvent êtres valorisés via le pâturage. Paille et céréales produites sur l’exploitation servent à l’alimentation. »

La production ovine francilienne ne représente qu’un pourcent de la viande d’agneau consommée en Ile-de-de-France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité