Aller au contenu principal

Machinisme
Les chenilles au secours de la récolte de maïs

Comment adapter des chenilles sur les moissonneuses?

© Loiret agricole et rural

Des essais réalisés par l’IRSTEA (ex CEMAGREF) pour le compte de Michelin n’ont pas démontré la supériorité des chenilles par rapport aux pneumatiques sur le tassement du sol et la capacité de traction. A contrario, sur la portance, les conditions extrêmes de récolte de maïs constatées cette année nous montrent que l’adaptation de chenilles sur les moissonneuses s’est avérée indispensable pour sortir les récoltes.

 

S’équiper dans l’urgence

Les marques de chenilles couramment distribuées en monte adaptable sont :

  • Poluzzy distribué par MRA,
  • Soucy Track (Track équipement),
  • Tidue (Stark industrie),
  • Zuidberg,

La gamme de largeur s’étend de 60 à 90 cm et bientôt un mètre chez certains constructeurs. L’adaptation de chenille nécessite de prendre quelques précautions à valider auprès de votre concessionnaire :

  • Solidité du réducteur : sur les anciennes machines (réducteur 8 trous), il faut limiter la largeur des chenilles pour limiter le déport. Les réducteurs 10 trous des machines plus récentes acceptent des montages jusqu’à 1 mètre de large. Sur les machines neuves, en montage d’usine, les châssis sont renforcés.
  • Il est recommandé de ne pas monter des modèles trop larges pour limiter la consommation de puissance sur le circuit hydraulique de transmission. Cependant, en très mauvaises conditions, plus les chenilles sont larges, moins la machine s’enterre donc moins l’effort à fournir est important. Le choix de largeur est donc un compromis entre le gabarit de la machine (poids en ordre de marche), les conditions dans lesquelles celle-ci va intervenir et le niveau d’investissement.
  • Le montage peut impliquer selon les modèles de moissonneuses des modifications de carrosserie.

Pour obtenir une bonne capacité de franchissement en conditions difficiles, les chenilles avant doivent être associées à un pont arrière moteur Dans le cas contraire, l’essieu arrière, devenant le moins portant, s’enfonce et freine la progression de la machine. L’adaptation d’un pont moteur coute entre 15 000 et 20 000 €.

Les chenilles caoutchouc, contrairement aux modèles acier, permettent de se déplacer sur la route à environ 15 km/h.

 

Faire intervenir un prestataire

L’achat de chenille représente un investissement important d’autant que la plupart du temps, leur montage ne peut pas être transposé sur un tracteur.

  • 1 paire avant en 800 : 45 à 60 000 € avec montage
  • 1 paire avant + 1 paire arrière : 80 à 100 000 €
  • Temps de montage d’une paire : Une journée pour le premier montage (prévoir éventuellement quelques modifications de carrosserie). ½ journée pour les montages suivants.

Avant de vous équiper, assurez-vous qu’il n’existe pas un prestataire déjà équipé  à proximité de chez vous. Nous avons recensé plusieurs agriculteurs et entrepreneurs équipés sur le département.

Les prix de prestation sont majorés de ....


Lire la suite en page 9 de l'édition du 6 décembre

Les plus lus

Après une année de disette, les amateurs de moiss-batt-cross peuvent se donner rendez-vous à Amilly dimanche 19 septembre.
La Fête de l'agriculture aura bien lieu cette année
Cette fois c'est sûr, Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a obtenu l'accord de la préfecture pour organiser sa fête, le 19 …
Cette année, Innov-agri revient du 7 au 9 septembre à Outarville (Loiret). L'édition 2018 (photo) avait accueilli 80 000 visiteurs.
Innov-Agri tiendra sa 26e édition du 7 au 9 septembre
La 26e édition du salon en plein air Innov-agri se tiendra à Outarville (Loiret) les 7, 8 et 9 septembre 2021.
Valérie Lacroute.
Valérie Lacroute : « La région portera une politique agricole francilienne ambitieuse »
Valérie Lacroute, vice-présidente en charge de l’Agriculture et l’Alimentation à la Région Île-de-France, répond à nos questions.
Les deux premières séances de chaque atelier des États généraux annuels de l’alimentation 2021 se dérouleront sur une plateforme virtuelle recréant le campus Xavier-Beulin.
L’Open Agrifood fait sa rentrée
En cette rentrée, l’association Open Agrifood propose un programme événementiel chargé avec notamment le retour des États…
Le 5 août, à Prouais. Un agriculteur pionnier, Thierry Maillier (à d.), un responsable régional qui y croit, Frédéric Chopart (au c.) et un agronome en soutien, Didier Renard (à g.), tout est réuni pour lancer la filière sorgho chez NatUp.
NatUp lance une filière sorgho pour le sud de son territoire
Le groupe coopératif NatUp a annoncé le lancement d'une filière sorgho, le 5 août à Prouais. Une opportunité pour les…
À Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines), le 9 septembre 2021. Manon Moignier a pu démarrer son élevage de chèvres et sa ­production de glaces cet été.
À la rencontre de la Chèvre-rit de Manon
À Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines), Manon Moignier s'est lancée dans l'élevage de chèvres avec transformation à la ferme. Elle…
Publicité